/finance/business
Navigation

Transport de poumons par drone : une première mondiale grâce à une équipe d'ici

Unither Bioélectronique est la propriété d’une pharmaceutique cotée au Nasdaq

Unither Bioélectronique
Photo courtoisie L’entreprise a réussi récemment le transport de poumons par drone entre deux hôpitaux de Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

Une douzaine d’ingénieurs en aéronautique des Cantons-de-l’Est, spécialisés dans la conception de drones, ont de bonnes raisons de se réjouir. Leur travail des 18 derniers mois a permis de réaliser le premier transport de poumons par drone pour des fins de transplantation.

• À lire aussi: Des millions dans une société de cryptomonnaies controversée

Cette avancée technologique, une première mondiale, dit-on, se serait déroulée à Toronto au cours des deux « dernières semaines de septembre ». Ce n’est qu’hier après-midi que Unither Bioélectronique, installée à Bromont depuis quelques années, s’est permis de lever le voile sur « cette réussite ».

Mikaël Cardinal est v.-p. de Unither Bioélectronique, une filiale à part entière de l’américaine United Therapeutics Corp., cotée au Nasdaq de New York. L’entreprise a réussi récemment le transport de poumons par drone entre deux hôpitaux de Toronto.
Photo d'archives, Chantal Poirier
Mikaël Cardinal est v.-p. de Unither Bioélectronique, une filiale à part entière de l’américaine United Therapeutics Corp., cotée au Nasdaq de New York. L’entreprise a réussi récemment le transport de poumons par drone entre deux hôpitaux de Toronto.

« Cette preuve de concept, réalisée dans des conditions réelles, constitue pour nous un jalon important vers le développement de drones capables de livrer de manière sécuritaire des organes destinés à la transplantation », se réjouissait hier le vice-président, Gestion de programme, Systèmes d’administration d’organes de Unither Bioélectronique, Mikaël Cardinal.

Un vol de 1,5 km

Unither Bioélectronique est une filiale à part entière de la société américaine United Therapeutics Corporation, cotée au Nasdaq de New York. Cette société pharmaceutique, dirigée par Martine Rothblatt, une millionnaire américaine ayant des attaches dans la région de Magog, se spécialise dans le développement d’organes artificiels.

Unither Bioélectronique
Photo courtoisie

La double transplantation pulmonaire, réalisée à l’aide de poumons transportés par drone, a été faite sur un patient en attente d’une greffe de l’Hôpital Général de Toronto. Le vol de « cinq à six minutes », entièrement préprogrammé sur une courte distance de 1,5 km entre le Toronto Western Hospital et l’Hôpital Général de Toronto, marquait selon l’entreprise la première livraison de poumons par drone de l’histoire.

Cette « innovation », qui n’a étrangement fait l’objet d’aucun communiqué de l’entreprise publique, permettra éventuellement de réduire le temps de transport entre les donneurs et les personnes en attente d’une greffe, soutient Mikaël Cardinal. Ce dernier s’est montré, par ailleurs, évasif lorsque questionné sur les projets futurs de l’entreprise au Québec. 

Manque d’organes

L’an dernier, 2622 Canadiens ont subi une transplantation, 4129 noms figuraient sur une liste d’attente et 276 personnes ont perdu la vie en attente d’un organe qui n’aurait jamais été disponible. C’est à ce manque d’organes que tente de s’attaquer United Therapeutics.

Une première livraison de foie par drone a été réalisée à Baltimore en 2019 par le Centre médical de l’Université du Maryland. Depuis, d’autres organisations ont réalisé le transport d’organes par drone, dont des cornées au Nevada et un pancréas au Minnesota.

Hier, l’action de United Therapeutics a reculé de 1,61 % à la Bourse de New York, pour clôturer à 189,93 $ US. Depuis six mois, la valeur de son titre s’est dépréciée de 4,70 %. 

À VOIR AUSSI...