/finance/news
Navigation

Des dizaines de milliers de jeunes d’ici en quête d’une vie meilleure

Le ministre du Travail, Jean Boulet, a débloqué plus de 47 millions $ pour les soutenir

NEEF
Photo Francis Halin Annie Poissant, une Longueuilloise de 37 ans, a fait longtemps partie des NEEF, en tant que mère à la maison. Elle est retournée aux études et a obtenu un diplôme de soudure. Cependant, elle a du mal à conserver un emploi en raison d’un trouble de la personnalité limite.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec a besoin de bras et doit puiser dans son bassin des 200 800 jeunes de 17 à 34 ans ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF), qui peuvent intégrer le marché du travail à leur façon.

• À lire aussi: Québec injecte 47 M$ pour ramener les jeunes au travail

« Les jeunes ni en emploi, ni aux études, ni en formation ne se tournent pas forcément les pouces », lance Rudy Humbert, directeur général du Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCEQ).

« Près d’un jeune NEEF sur trois s’occupe de ses enfants, l’autre tiers est sur le chômage à la recherche d’un emploi et le dernier tiers est difficilement calculable. Ce sont les personnes inactives moins rejoignables », note-t-il.

Lundi, le ministre du Travail, Jean Boulet, a mis 47,4 millions de dollars sur la table pour soutenir les NEEF dans leur intégration au travail pour atténuer les effets de la pénurie de main-d’œuvre.

Parmi les 200 800 jeunes NEEF, 130 300 sont inactifs à l’égard du marché du travail et 70 500 sont des chômeurs en recherche d’emploi.

Phénomène « alarmant »

« Il y en a 70 000 qui cherchent, mais qui ne trouvent pas. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, c’est curieux, étonnant et je dirais : alarmant », estime María Eugenia Longo, la professeure-chercheure de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), responsable de l’étude dont s’est inspiré Québec.

« Il y a plusieurs profils. Ils sont très actifs, soit ils cherchent un emploi, soit ils gardent des enfants, soit ils s’occupent de leur santé », insiste-t-elle.

  • Écoutez La Rencontre Daoust-Martineau avec Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio :

Une multitude de causes

Pour Guylaine Turpin, DG du Carrefour jeunesse-emploi Saint-Hubert, il faut éviter de mettre ces jeunes dans le même bateau parce qu’ils ont « 200 000 histoires différentes ». 

NEEF
Francis Halin

« Il y a beaucoup de jeunes qui ont besoin de travailler les aspects de savoir-être, leur relation avec l’autorité. L’engagement aussi. Être engagé dans un emploi, c’est savoir que je dois être là tous les jours », observe-t-elle.

Hier, à Place Désormeaux, à Longueuil, Annie Poissant, 37 ans, en avait long à dire sur sa difficulté à percer le marché de l’emploi.

Celle qui n’a été ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF) de nombreuses années pour s’occuper de ses enfants est allée chercher un diplôme de soudure avec mention, mais rien n’y fait parce qu’elle a du mal avec l’autorité en raison d’un trouble de la personnalité limite.

« J’ai travaillé dans cinq usines différentes en l’espace de cinq ans. J’ai postulé dans une soixantaine d’usines », confie celle qui rêve encore d’être soudeuse.


Les jeunes NEEF sont deux fois plus nombreux que les non-NEEF à vivre dans un ménage à faible revenu, selon le portrait de la Chaire-Réseau de recherche sur la jeunesse du Québec.

Un NEEF, qu’est-ce que c’est ?    

Un individu de 17 ans ou plus qui n’est ni en emploi, ni aux études, ni en formation.

◆ Les NEEF de 17 à 34 ans au Québec  

  • Nombre : 200 800  
  • 70 500 sont des chômeurs dont la grande majorité (90 %) est en recherche d’emploi tandis que les autres étaient en mise à pied temporaire ou allaient débuter un emploi dans les prochaines semaines.   
  • 130 300 sont inactifs à l’égard du marché du travail. Parmi eux, 11 % avaient une incapacité permanente, et 89 % ne cherchaient pas d’emploi pour des raisons diverses.   
  • 10,4 % de l’ensemble des personnes de la tranche d’âge       

Plus d’hommes que de femmes   

  • 102 300 sont des hommes (51 %)  
  • 98 500 sont des femmes (49 %)   

◆ Souvent de l’expérience  

  • Près des trois quarts des jeunes NEEF ont de l’expérience d’emploi et un peu moins de la moitié (46 %) ont travaillé au cours des 12 derniers mois      

Source : Rapport sur la situation des jeunes ni en emploi ni aux études ni en formation (NEEF) – pour l’année scolaire 2018-2019, Chaire-Réseau de recherche sur la jeunesse du Québec

À VOIR AUSSI...