/news/society
Navigation

Des données révélatrices sur la littératie

Coup d'oeil sur cet article

Plus de la moitié de la population québécoise n'aurait pas les aptitudes requises pour comprendre des textes plus longs et complexes. L’étude réalisée pour la Fondation pour l’alphabétisation offre un portrait détaillé de toutes les régions du Québec.

• À lire aussi - Le très beau métier de bibliothécaire: grand entretien avec Mathieu Thomas

L'organisme croit que des actions concertées sont nécessaires pour améliorer la situation.

Entre autres constats frappants, 31 MRC du Québec se trouvent au niveau rouge en matière de littératie – on entend par là les aptitudes à lire, comprendre et utiliser des informations au quotidien.

Dans ces secteurs, 60% de la population n’atteint pas le seuil nécessaire pour comprendre un texte et en tirer une conclusion.

«Par exemple, dans une usine, vous devez être capable de comprendre les données fournies par la machine pour être en mesure de bien la calibrer, mais si vous n’êtes pas capable de comprendre le texte pour bien calibrer la machine, vous étiez, avant, un employé compétent, et, du jour au lendemain, vous devenez incompétent, et ça, c’est inacceptable», a expliqué jeudi le président de la Fondation pour l'alphabétisation, André Huberdeau, devant la caméra de TVA Nouvelles.

La situation, problématique dans plusieurs régions éloignées, s’explique par la pauvreté et parfois par la proportion de personnes âgées dans la population, puisque le système d’éducation a changé.

L’étude révèle que les grandes villes font mieux que la moyenne québécoise en matière d’alphabétisation.

Pour améliorer la situation, la Fondation pour l’alphabétisation croit qu’il faut des actions concertées à l'échelle locale et régionale dans les milieux scolaires, économiques et communautaires.

À VOIR AUSSI