/news/health
Navigation

Vaccination obligatoire: des patients tannés des récalcitrants, mais compréhensifs

Selon eux, le ministre a les mains liées par le personnel non vacciné

vaccination
Photo Olivier Faucher Rencontrée devant le CHUM à Montréal, Marie Lemay, qui souffre d’une maladie pulmonaire, craint de côtoyer des employés non vaccinés.

Coup d'oeil sur cet article

Des patients estiment que le réseau de la santé ne peut pas se passer de ses milliers d’employés non vaccinés, bien qu’ils soient pour la plupart exaspérés de fréquenter ces récalcitrants.

• À lire aussi: Un mois de plus pour mieux s’organiser face à la pénurie

• À lire aussi: Réseau de la santé: Québec repousse son ultimatum sur la vaccination obligatoire

« Moi, par rapport à mes poumons, ça me dérange énormément [le personnel non vacciné]. On ne sait pas à qui on a affaire et c’est un danger constant », exprime Marie Lemay, 58 ans, atteinte d’une maladie pulmonaire chronique.

Croisée devant le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), qu’elle est habituée à fréquenter, Mme Lemay n’a pas caché son exaspération face aux employés du réseau de la santé qui refusent le vaccin.

Mais comme la plupart des patients rencontrés hier par Le Journal devant cet hôpital, elle n’est pas pour autant en désaccord avec la décision du ministre Christian Dubé de repousser de 30 jours la date limite pour la vaccination obligatoire de ce personnel. 

« Moi, je m’en vais en transplantation. Si j’ai besoin de soins et qu’il n’y a pas d’infirmières au lieu d’infirmières pas vaccinées, je ne suis pas plus avancée », dit-elle.

Crédibilité en jeu

Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades, a été surpris de la décision, car il croyait que de garder des employés non vaccinés allait causer plus de dommages. Il estime maintenant que le gouvernement doit sans faute respecter son nouvel échéancier.

« Après ça, le gouvernement va perdre sa crédibilité », soutient-il.

Un sursis inutile

Infirmière, Léna Pitaval est à mille lieues de plusieurs « antivax ». Loin d’être complotiste, elle n’est pas anxieuse face à l’immunisation, mais un peu méfiante.

« Mes autres vaccins sont à jour. Pour moi, un vaccin m’empêche d’attraper la maladie. Ce vaccin contre la COVID-19 était en phase de recherche et il y a beaucoup d’effets secondaires. Le vaccin est utile pour les gens vulnérables ou âgés, mais pour moi, je trouve qu’il y a plus de risques que de bénéfices. Je préfère attendre, quitte à perdre mon travail. », a expliqué hier la femme de 30 ans qui travaille en Beauce. 

Moins de malades âgés

Elle constate effectivement que les gens âgés sont moins malades avec le vaccin. Ce constat ne changera rien toutefois à sa décision personnelle, pas plus que le sursis de 30 jours du ministre Dubé. 

  • Écoutez la rencontre Martineau-Dutrizac avec Richard Martineau et Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« Medicago pourrait me convaincre parce qu’ils font une recherche avant de sortir leur vaccin. Pour l’instant, je suis plus sécuritaire en me faisant tester trois fois par semaine. »

À voir aussi