/news/currentevents
Navigation

Groupe Capitales Médias: les retraités n’avaient aucune chance

Tout était décidé avant qu’ils ne soient consultés

Journaliste pendant 35 ans pour Le Soleil, Robert Fleury a dit a
PHOTO DIANE TREMBLAY Robert Fleury
Retraité

Coup d'oeil sur cet article

Les représentants syndicaux ont su à la dernière minute que le plan de relance ne laissait aucune possibilité de poursuites aux retraités de Groupe Capitales Médias. 

C’est du moins ce qu’a affirmé jeudi, Jean-François Néron, qui était président du syndicat des employés du Soleil en 2019. 

Au cours de la cinquième journée d’audiences au Tribunal administratif du travail, M. Néron a expliqué qu’il n’a été informé des quittances qu’au moment où le juge de la Cour supérieure a autorisé le plan de relance, le 21 novembre 2019. 

« J’ai été mis au courant que ça allait se dérouler de même au moment où le juge a donné son accord à la reprise, donc c’est le 21 [novembre 2019] », a-t-il répondu à une question de l’avocate des retraités, Me Estelle Tremblay.

Fin du régime

Avant cette journée, M. Néron savait qu’il pouvait s’agir d’une « possibilité ». L’ajout de quittances faisait en sorte que les retraités ne pouvaient pas poursuivre leur syndicat. Malgré leurs tentatives pour faire renverser cette clause, ils ont échoué. 

Les retraités ont été convoqués à une assemblée pour les informer de la terminaison de leur régime de retraite et de leurs assurances collectives, après la décision du juge, soit le 2 décembre, mais les dés étaient déjà jetés.

« Ça s’est fait dans les meilleurs délais possible avec toutes les contraintes qu’on avait », a affirmé M. Néron.

Journaliste pendant 35 ans pour Le Soleil, Robert Fleury a dit à la juge qu’il avait subi une réduction de 20 % de sa rente, ce qui représente 10 000 $ par année. « Chaque fonds de pension est autonome. On était le fonds de pension qui était le moins pénalisé, si l’on veut », a-t-il souligné. 

En plus d’encaisser une baisse de leur rente, les retraités ont aussi perdu leurs assurances collectives. Dans plusieurs cas, cela représente une perte de l’ordre de 3000 $ par année. 


D’autres journées d’audition seront ajoutées au calendrier.