/finance
Navigation

Les Québécois veulent acheter local, mais pas à n’importe quel prix

Bloc argent monnaie dollar canada
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Plus de la moitié des Québécois (54 %) estiment que leur budget ne leur permet pas d’acheter davantage de produits d’ici. 

• À lire aussi - Ikea s'attend à souffrir de pénuries jusqu'en 2022

• À lire aussi - Produits durables: les consommateurs inquiets, mais peu actifs

C’est ce que révèle un sondage mené en ligne en octobre auprès de 957 répondants, par la firme Léger.

La collecte de données a été effectuée du 1 au 3 octobre 2021 et les résultats montrent que la tranche d’âge des 25 à 44 ans, particulièrement, fait l’acquisition de produits locaux si le prix est le même que les produits venus d'ailleurs.

«Nous sommes de grands parleurs, mais petits faiseurs. Selon l'Étude Léger, seulement 26 % des Québécois sont de vrais consommateurs d'achat locaux. Et 27 % des produits dans le sac d'épicerie sont locaux selon Nielsen. On peut faire mieux!» a partagé le président de Léger, Jean-Marc Léger, sur Twitter.

Même plus du quart des répondants, des millénaux en majorité, se disent «tannés» d’entendre parler de la notion de l’achat local.

«Le principal [adepte] de l’achat local a 55 ans ou plus, et est plutôt en moyens. Comment assurer la relève auprès des plus jeunes qui sont attirés vers les pôles "foodie" et "découvertes exotiques"?» peut-on lire dans l’étude de Léger.

Dans les facteurs qui incitent cette tranche d’âge à acheter local, on retrouve la qualité dite supérieure (14 % des répondants, plus important chez les jeunes) et les considérations environnementales (7 % de tous les répondants).

«La seconde phase du projet nous permettra de cerner comment l’élastique bleu des Québécois varie par catégorie de produits (de combien de sous ou de dollars), afin de mieux définir nos stratégies de positionnement dans l’avenir», a conclu l’étude.

À VOIR AUSSI...