/sports/hockey/canadien
Navigation

Le Canadien pathétique contre les Sabres

Le Canadien pathétique contre les Sabres
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

C’était un match piège qui guettait le Canadien en affrontant l’une des pires formations de la LNH.

• À lire aussi: Le CH désorienté

• À lire aussi: «On leur a donné un match facile» -Jeff Petry

Si Dominique Ducharme a tôt fait de rappeler à ses joueurs qu’il ne fallait pas prendre les Sabres de Buffalo à la légère, son message n’a pas été entendu à la suite de cette cuisante défaite de 5 à 1.

À part un rare moment de réjouissance quand le défenseur Chris Wideman a déjoué Craig Anderson pour réduire la marque à 1-2 au deuxième engagement, le Tricolore a été complètement dominé et n’a pas été une réelle menace. 

À l’issue de cette prestation pathétique (le terme n’est pas trop fort), Dominique Ducharme n’a pas caché sa déception tout en montrant du doigt l’inertie de ses soldats.

C’est d’ailleurs en peu de mots qu’il s’est exprimé après le match dans ce qu’on pourrait décrire comme la conférence de presse la plus courte depuis sa nomination à titre d’entraîneur en chef.

  • Écoutez la chronique sports avec Jean-Charles Lajoie sur QUB radio :

«On a été mauvais...»

« On a été mauvais dans tous les aspects du jeu surtout en première période, incluant la façon dont on a compétitionné, a déclaré Ducharme d'entrée de jeu. On n’a pas joué selon notre identité d’équipe.

« On s’est mieux comportés en deuxième et en troisième, mais les punitions nous ont fait mal. »

Et comment. Les gagnants ont inscrit trois buts en avantage numérique (en six occasions) dont deux alors que le défenseur Ben Chiarot était assis au banc des pénalités. D’ailleurs, neuf des 21 premiers tirs dirigés par les Sabres ont été réalisés avec l’avantage d’un homme.

Est-ce déjà un premier signal d’alarme après un si beau parcours il y a quelques mois à peine ? « Ça fait trois mois qu’ils se font dire qu’ils sont beaux et comment ils sont extraordinaires, a répondu Ducharme. À un moment donné, c’est comme quand tu dis à ton jeune de ne pas mettre la main sur le poêle. Il faut qu’il l’essaye, il la met. Je pense qu’ils l’ont ressenti. »

Une équipe facile à défier

Après seulement deux matchs, on commence déjà à réaliser que l’absence de Carey Price et Shea Weber se fait sentir. Et c’est de très mauvais augure pour la suite des choses.

« On doit être beaucoup plus difficiles à affronter, a renchéri Ducharme. Si tu as une chance d’empêcher un jeu de l’adversaire, de récupérer une rondelle et que tu en es incapable, quelqu’un d’autre va le faire à ta place.

« Ça fait boule de neige après. On tire de la fierté à faire ça, mais ce n’est pas ce qui s’est passé... Et non, ce n’est pas l’absence de leaders...

« Des fois, il faut que tu mettes la main sur le poêle, a-t-il répété. On a parlé de cette situation et les joueurs en sont conscients. C’est dans la nature humaine. Parfois aussi, il te faut une taloche en arrière de la tête pour te réveiller. »


Le Canadien rentre à Montréal avec une fiche de deux défaites en deux rencontres et se prépare maintenant à retrouver ses partisans pour sa rentrée à domicile contre les Rangers de New York samedi soir.

À VOIR AUSSI...