/news/education
Navigation

Le modèle québécois craque de partout

CHSLD, hôpitaux, écoles, garderies...

Coup d'oeil sur cet article

Pour freiner l’hémorragie dans les garderies, Québec accorde un rattrapage salarial immédiat aux éducatrices, comme il a été forcé de le faire aussi en santé et en éducation en raison d’une grave pénurie de main-d’oeuvre.

• À lire aussi: «Ce matin, j’en ai ras le bol!» dit Mario Dumont à QUB radio

• À lire aussi: Hausse du salaire des éducatrices: un «cadeau empoisonné», selon le syndicat

• À lire aussi: Salaire des éducatrices : «le gouvernement a été très ratoureux»

Il y a eu la formation accélérée et l’embauche de préposés aux bénéficiaires à 26 $/l’heure après la crise dans les CHSLD, le rehaussement du salaire des enseignants, l’annonce de généreuses primes pour faire revenir des infirmières dans le réseau public ( voir encadré) et maintenant, c’est au tour des éducatrices en garderie.

La présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, a annoncé qu’elle leur versait une hausse salariale sans attendre alors que se poursuivent les négociations avec les syndicats afin d’en arriver à une entente, une manoeuvre plutôt rare.

Selon elle, il y a un « consensus très clair » que les éducatrices en CPE « doivent être mieux payées ».

C’est pourquoi elles toucheront immédiatement de 9 à 17 % d’augmentation salariale dépendamment si elles ont un diplôme ou non et si elles acceptent des semaines de 40 heures de travail.

Des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance avaient manifesté à Joliette, le 24 septembre dernier, à l’occasion d’une journée de grève.
Photo d'archives, Agence QMI
Des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance avaient manifesté à Joliette, le 24 septembre dernier, à l’occasion d’une journée de grève.

Hausse significative

Ainsi, une éducatrice qualifiée à temps plein qui gagnait 19 $ de l’heure au premier échelon verra son taux horaire passer à 22,27 $. Ce n’est pas tout, puisque la ministre LeBel a annoncé qu’elle présenterait bientôt une offre bonifiée, en plus de cette augmentation déjà accordée.

Selon les chiffres du ministère de la Famille, 790 éducatrices ont quitté le réseau en 2019-2020, soit l’équivalent de 3 % du personnel, d’où l’urgence de mettre fin à cet exode.

« On ne peut pas attendre la fin des négos, parce qu’à chaque semaine qui passe c’est des éducatrices en moins dans notre réseau », a insisté le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Le gouvernement Legault veut absolument renverser la tendance, car il s’apprête à annoncer un plan visant la création de 37 000 places en garderies, pour que chaque enfant puisse être accueilli dans le réseau.

« C’est inacceptable », a décrié la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, Valérie Grenon, pour qui cette annonce hors de l’ordinaire court-circuite les négociations. 

Capacité de payer

Même si cette nouvelle mesure ciblée s’ajoute à plusieurs autres impliquant des sommes considérables pour colmater les multiples brèches dans le secteur public, le trésor public a la capacité de les éponger, estime le professeur émérite au Département des sciences économiques de l’UQAM, Pierre Fortin.

« L’économie du Québec roule très fort, par conséquent les salaires augmentent plus vite et donc les gens vont être capables de payer les impôts nécessaires pour défrayer le coût de ces mesures », explique-t-il.

Avant la pandémie, le gouvernement a engrangé des milliards en surplus et a placé 4 milliards $ par année dans le Fonds des générations afin de réduire le fardeau de la dette du Québec, rappelle l’économiste. Or, comme l’objectif de ramener le ratio de la dette à 45 % du PIB est atteint, cet argent pourrait être mieux investi dans la bonification des conditions de travail dans le secteur public, estime Pierre Fortin. 

Les mesures prises par le gouvernement  

Les employés du milieu de la santé ont eux aussi été visés par des mesures du gouvernement Legault pour contrer la pénurie de main-d’œuvre.
Photo d'archives, Agence QMI
Les employés du milieu de la santé ont eux aussi été visés par des mesures du gouvernement Legault pour contrer la pénurie de main-d’œuvre.

Voici les mesures prises par le gouvernement Legault pour stopper l’hémorragie liée au manque de personnel dans les services publics névralgiques. 

PRÉPOSÉS AUX BÉNÉFICIAIRES   

  • Hausse du salaire de 20,55 $ à 26 $ l’heure      
  • Objectif : embauche de 10 000 nouveaux préposés dans le réseau            

INFIRMIÈRES  

  • Primes de 12 000 $ à 18 000 $ (selon les régions) pour les postes à temps plein      
  • Objectif : recruter 4300 infirmières à temps plein            

Jeudi, Québec a annoncé que ces primes seront accordées aussi dans les résidences privées pour aînés (RPA) et les CHSLD privés 

ÉDUCATRICES EN GARDERIE   

  • Hausse du salaire 9 à 17 % selon si elles sont qualifiées ou non, et si elles acceptent des semaines de travail de 40 heures            

De 19 $ de l’heure à 21,38 $ au premier échelon et de 25,18 $ à 28,31 $ au dernier échelon, pour les travailleuses qualifiéesDe plus, le gouvernement présentera bientôt une offre bonifiée      

  • Objectif : Non chiffré, mais Québec veut freiner les départs et créer des conditions favorisant l’embauche            

ÉDUCATRICES EN MILIEU FAMILIAL   

  • Hausse totale de 30 % (12 % d’augmentation salariale et majoration de 16 % de leur subvention)      
  • Objectif : Non chiffré, Québec visait à mettre fin aux fermetures de services en milieu familial            

PROFESSEURS   

  • Hausse du salaire 15 % au premier échelon (46 000 $ à 53 000 par an) et 11,4 % au dernier (82 585 $ à plus de 91 000 $ par an)      
  • Objectif : Valoriser la profession, retenir et embaucher plus de personnel          

À VOIR AUSSI...