/news/coronavirus
Navigation

Tester plutôt que vacciner: une mauvaise idée

Coup d'oeil sur cet article

Il est faux de croire que tester régulièrement les personnes œuvrant dans le réseau de la santé soit une meilleure solution que de les forcer à se faire inoculer, a insisté la pharmacienne Diane Lamarre, jeudi. 

• À lire aussi: Vaccination obligatoire : le juge pas influencé par le militantisme

• À lire aussi: Report de la vaccination obligatoire: le ministre Dubé n’est pas là pour gagner un «concours de popularité»

Il s’agit d’arguments souvent utilisés par les personnes opposées à la vaccination obligatoire et une fausse solution, a estimé la pharmacienne. Celle-ci a affirmé à TVA Nouvelles que les deux méthodes n’avaient pas du tout les mêmes bénéfices.

La pharmacienne a martelé que les personnes vaccinées étaient moins contagieuses que celles n’ayant reçu aucune dose. En fait, le vaccin réduit de 80 % le risque d’être infecté, a indiqué Diane Lamarre.

De plus, le fait d’être vacciné diminue considérablement la possibilité de transmettre le virus à ses proches.

«Les gens qui sont vaccinés contaminent moins les gens qui sont proches d’eux : leur famille, leurs collègues de travail et leurs amis lorsqu’ils se rencontrent», a expliqué Diane Lamarre.

Cette dernière a ajouté que la charge virale des vaccinés diminue plus vite que celle des non-vaccinés.

«Le vaccin, sans être parfait, est nettement supérieur au fait de se faire tester trois fois par semaine», a conclu la pharmacienne.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres