/news/transports
Navigation

Transport scolaire: les chauffeurs veulent doubler leur prime annuelle

Transport scolaire: les chauffeurs veulent doubler leur prime annuelle
STÉPHANIE ALCARAZ ROBINSON/L'INFORMATION DE SAINTE-JULIE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les conducteurs de véhicules scolaires réclament une hausse de la prime annuelle de rétention et d’attraction du personnel, alors que la pénurie de main-d’œuvre dans le transport scolaire cause des bris de services.  

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) a proposé, mercredi, dans un communiqué de porter l’aide financière aux conducteurs de véhicules scolaires à 4000 $, au lieu de 2000 $ actuellement. 

L’organisation syndicale souhaite en outre que les chauffeurs de berlines soient admissibles à cette prime qui constitue un incitatif pour retenir une main-d’œuvre encore sous-payée. 

«Déjà, en 2019, on évaluait que l'écart annuel moyen entre le salaire des conductrices et conducteurs d'autobus scolaires et ceux des autres emplois similaires dans le domaine du transport de personnes variait entre 4000 $ et 11 000 $, d'où notre demande de fixer minimalement le montant de la prime à 4000 $», a indiqué Josée Dubé, présidente du Secteur transport scolaire de la FEESP-CSN et présidente du Syndicat des travailleurs des Autobus Gil-Ber-CSN.

La FEESP-CSN croit qu’un coup de barre est nécessaire pour remédier à la situation, alors que les parents d’élèves s’angoissent chaque jour devant l’incertitude du transport scolaire, en raison de bris de services. 

«On comprend les parents d'être en colère. Nous le sommes tout autant face à l'inaction du gouvernement et à son manque de vision», a déploré Mme Gratton, présidente par intérim de la FEESP-CSN.