/news/health
Navigation

Travailleurs de la santé: près de 750 nouvelles ressources à temps plein

Travailleurs de la santé: près de 750 nouvelles ressources à temps plein
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Près de 750 nouveaux travailleurs se sont ajoutés au réseau de la santé dans la dernière semaine, a annoncé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, jeudi. 

• À lire aussi: Report de la vaccination obligatoire: le ministre Dubé n’est pas là pour gagner un «concours de popularité»

• À lire aussi: Vaccination obligatoire : le juge pas influencé par le militantisme

Ce sont donc, jusqu’à présent, 58 retraités qui ont été réembauchés (+2) et 351 ressources indépendantes (+120) qui ont intégré le réseau. De plus, 1347 (+627) personnes qui travaillaient à temps partiel sont passées à temps complet dans les dernières semaines.

Au total, ce sont 1756 personnes (+749) qui ont répondu à l’appel du gouvernement pour prêter main-forte au système de la santé.

«Cette nouvelle mise à jour est encourageante et démontre que les efforts des différents établissements portent leurs fruits. [...] Les mesures que nous mettons en place contribueront à diminuer la pression sur les équipes de travail et à rééquilibrer la charge de travail du personnel. Nous sommes sur la bonne voie», a souligné Christian Dubé, jeudi.

Dans son nouveau modèle de gestion, annoncé le 23 septembre dernier, le ministère de la Santé a notamment offert des incitatifs pour la rétention et l'attraction de personnel en soins infirmiers et cardio-respiratoires, dont des montants forfaitaires.

Le but du nouveau plan vise l'élimination du temps supplémentaire obligatoire (TSO) et la diminution du recours aux agences de placement privées.

L’idée est d'améliorer la conciliation travail et vie personnelle des infirmières, de consolider les équipes, en plus d'offrir des horaires stables et prévisibles, de diminuer la charge de travail ainsi que de promouvoir l’autogestion des horaires.

Des discussions sont en cours avec près de 2400 candidats potentiels (+400 par rapport à la semaine dernière), a aussi fait savoir le ministère de la Santé, dans un communiqué.