/news/politics
Navigation

Jean Airoldi s’excuse pour des propos controversés

Jean Airoldi s’excuse pour des propos controversés
Photo d'Archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir défendu en ondes les flips immobiliers d’un candidat de l’équipe Coderre, le designer et homme d’affaires Jean Airoldi a présenté ses excuses.

• À lire aussi: «Flips» de son candidat: Denis Coderre s’en remet à l’OACIQ

• À lire aussi: Silence de Coderre sur les pratiques interdites de son candidat

«Ce matin au micro de Sophie Durocher, en réponse à une question concernant un article du Journal sur le candidat Antoine Richard, j’ai laissé sous-entendre que ses actions n’étaient pas interdites par l’OACIQ», a indiqué Jean Airoldi, qui est candidat à un poste de conseiller dans l’arrondissement de Verdun pour Ensemble Montréal.

«Après vérification, il y avait des pratiques interdites. Je m’excuse donc si mes propos ont pu induire en erreur les auditeurs», a-t-il ajouté dans sa déclaration.

  • Écoutez l'entrevue de Jean Airoldi au micro de Sophie Durocher:  

Mercredi, notre Bureau d’enquête révélait qu’Antoine Richard, courtier immobilier et candidat à la mairie de Verdun pour Ensemble Montréal, avait réalisé des gains de 471 000 $ en quelques mois, grâce à des «flips» immobiliers, en usant de pratiques interdites par l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

En ondes sur QUB radio, vendredi matin, M. Airoldi s’était néanmoins porté à la défense de son collègue. «Si c’était interdit, il y aurait un rapport de l’OACIQ. Elle est là pour protéger les clients, pas les courtiers», a-t-il notamment affirmé, en ajoutant que les explications de M. Richard «faisaient son affaire».

M. Airoldi, qui est aussi courtier, a également révélé qu’il suivait un cours en courtage immobilier commercial. Questionné à savoir ce qu’il pensait des «flips» immobiliers, le candidat a simplement affirmé que «plein de gens» en font.

«Ça en prend des logements pour tout le monde, mais c’est la loi du marché aussi [...] À ce que je sache, la personne qui a vendu à Antoine Richard est très contente du prix qu’elle lui a vendu», a-t-il lancé.

À voir aussi