/sports/racing
Navigation

Championnat canadien: Laurent Dubreuil passe à l’histoire

Le Québécois réalise les meilleurs temps d’ouverture sur 200 m et 600 m pour remporter l’épreuve du 1000 m

SSKATING-OLY-2018-PYEONGCHANG
Photo d’archives Laurent Dubreuil a poursuivi sur sa lancée au championnat canadien en réussissant le meilleur temps d’ouverture sur 600 m pour remporter l’épreuve du 1000 m.

Coup d'oeil sur cet article

Laurent Dubreuil a réussi le meilleur temps d’ouverture de l’histoire sur 200 m et 600 m pour facilement remporter le 1000 m du championnat canadien de patinage de vitesse longue piste disputé, vendredi, à l’ovale olympique de Calgary.

• À lire aussi: Patinage de vitesse: Laurent Dubreuil rate son record personnel par des poussières

« Je suis parti le plus vite possible pour finir le plus vite afin que ça fasse moins mal, a résumé Dubreuil, mi-figue mi-raison. Ça s’est gâté dans les derniers 400 mètres. Je casse toujours au 1000 m et j’ai besoin d’un bon 600 m pour connaître du succès sur la scène internationale. L’objectif est de limiter la casse. »

Dubreuil a réussi un chrono de 1 min 27 s 29 pour remporter une deuxième épreuve consécutive après sa victoire aux 500 m, mercredi. Le champion mondial sur 500 m a réussi des temps de 15 s 92 sur 200 m et de 24 s 36 sur 600 m pour un cumulatif de 40 s 28.

Le record appartenait à Pavel Kulizhnikov. Le Russe avait réussi des temps intermédiaires de 16 s 17 et de 24 s 19 pour un cumulatif de 40 s 36. Kulizhnikov avait remporté à cette occasion l’or au championnat mondial par distance en février 2020 à Salt Lake City en vertu d’un chrono de 1 min 5 s 69 pour établir un record du monde. 

Pas demander mieux

« Je suis seulement le troisième patineur à descendre sous les 16 secondes, a mentionné Dubreuil. Ce n’est pas un record officiel, mais ça ne passe pas inaperçu. C’est une fierté, mais ça démontre surtout que je suis vraiment explosif. Si j’avais patiné comme ça sur 500 m, j’aurais atteint mon objectif de descendre sous les 34 secondes. »

« La douleur m’a surpris un peu dans le dernier tour, d’ajouter Dubreuil, mais je ne peux pas demander mieux. Si on m’avait dit que je réussirais ce temps à cette période de l’année, j’aurais dit oui. J’ai connu une superbe semaine et c’est encourageant. »

Le meilleur temps de Dubreuil sur 1000 m est de 1 min 6 s 76 réussi à Salt Lake City sur la piste la plus rapide au monde. Son chrono de vendredi est le deuxième meilleur de sa carrière.

À sa première course depuis les Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018, Vincent de Haître a rapidement affiché ses couleurs. 

Deuxième place rêvée

Il a signé un chrono de 1 min 8 s 02 pour terminer au deuxième rang et obtenir son billet pour la Coupe du monde. « J’ai performé au-dessus de mes objectifs, a reconnu celui qui a participé à la poursuite en équipe en vélo sur piste cet été aux Jeux olympiques de Tokyo. J’aurais pu aller plus vite, mais je me suis blessé à l’aine dans la période de réchauffement. De concert avec mon entraîneur, il faudra maintenant décider si je fais les quatre coupes du monde ou seulement les deux dernières à Salt Lake City et Calgary. Je pense plus de les faire les quatre. »

À sa première course en un an et demi, Antoine Gélinas-Beaulieu a complété le podium en vertu d’un temps de 1 min 8 s 10 pour mériter lui aussi son billet pour la Coupe du monde. « Après un an et demi d’absence, je suis content d’être encore compétitif. L’entraînement est une chose, mais tu ne sais jamais comment ça va aller avec la pression et l’enjeu. J’ai commis plein d’erreurs, mais c’est ma première course et c’est de bon augure pour la suite. Je vais patiner plus léger lors du 1500 m (samedi) qui est mon épreuve de prédilection. » 

Valérie Maltais en feu

À son premier match en carrière, Valérie Maltais a surpris tout le monde dont elle-même. La triple olympienne a gelé le chrono à 1 min 14 s 95 pour remporter le titre canadien. Son meilleur temps à l’entraînement était de 1 min 17 s 12.

« C’est un gros record personnel et j’ai de la difficulté à le réaliser, a confié Maltais. J’ai été énormément plus vite que je pensais. Encore mercredi, je me questionnais si j’allais faire le 5000 m ou me concentrer sur le 1000 m et le 1500 m. J’ai pris la bonne décision. »

Très heureuse de sa prestation, Maltais demeure toutefois réaliste. « C’est de bon augure, mais je demeure terre à terre, a-t-elle mentionné. Je dois le refaire et me prouver. Cette course va me permettre de gagner en confiance et me permettre d’aller encore plus vite. Je dois travailler mon ouverture et mon premier tour et améliorer ma vitesse. Mon temps me surprend et va m’inciter à réaliser mon plan. »

À voir aussi