/news/politics
Navigation

Retour au Parlement le 22 novembre, trop tard pour l’opposition

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Justin Trudeau annoncera la composition de son nouveau conseil des ministres le 26 octobre prochain et la rentrée parlementaire à Ottawa aura lieu le 22 novembre avec un nouveau discours du Trône, soit plus de deux mois après sa réélection.

• À lire aussi: La honte du Canada

• À lire aussi: L’Illusion tranquille de Mélanie Joly

L’annonce de ces dates par le cabinet du premier ministre a fait sourciller les partis d’opposition, qui ont pesté contre le délai entre le scrutin et le retour au travail des députés, alors que le premier ministre semblait pressé de régler les dossiers sur sa table pendant les élections.

Le conservateur Gérard Deltell a qualifié d’«inacceptable» l’attente de 63 jours avant la reprise des travaux, dans un contexte où la pandémie de COVID-19 n’est toujours pas chose du passé.

«La nouvelle d’aujourd’hui selon laquelle le Parlement ne reprendra pas ses travaux avant cinq autres semaines ne devrait pas étonner les Canadiens. Il est clair que l’élection "urgente" de 600 millions de dollars n’était qu’une prise de pouvoir, alors que Justin Trudeau a tenté d’obtenir un gouvernement majoritaire, et qu’il n’est pas pressé de se remettre au travail», a-t-il fait savoir dans une déclaration écrite.

  • Écoutez la rencontre Lefebvre-Leclerc avec les analystes politiques Elsie Lefebvre et Marc-André Leclerc

Gérard Deltell
Photo d'archives Didier Debusschère
Gérard Deltell

M. Deltell a indiqué que son parti était prêt à se «mettre au travail immédiatement».

Le bloquiste Alain Therrien a lui aussi fustigé le gouvernement, jugeant le «scénario» «inacceptable».

«Justin Trudeau nous a répété à outrance qu’il y avait urgence de déclencher des élections afin «d’agir pour la suite des choses», mais maintenant qu’il est appelé à agir, décide de réunir le Parlement plus de deux mois après les élections et de nommer ses ministres un mois passé le scrutin du 20 septembre dernier», a-t-il lancé. 

  • Écoutez la rencontre entre Philippe-Vincent Foisy et Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB radio :   

Pour le chef néodémocrate Jagmeet Singh, il s’agit d’une preuve que les libéraux «ne sont pas intéressés à aider les familles et les petites entreprises en difficulté dans cette quatrième vague de COVID-19».

«Alors que des provinces comme l’Alberta et la Saskatchewan et les Territoires du Nord-Ouest sont les plus durement touchées par la quatrième vague, les néo-démocrates s’engagent à continuer de se battre pour étendre les soutiens aux personnes et aux petites entreprises, pour instaurer un passeport vaccinal pancanadien et de meilleurs congés de maladie pour aider les travailleuses et travailleurs», a-t-il déclaré.

Un retour au parlement en sortie de COVID-19

La priorité du gouvernement libéral restera la sortie de la pandémie de COVID-19. Il a déjà présenté ses objectifs pour les 100 premiers jours suivant l’assermentation du nouveau conseil des ministres.

Il misera notamment sur l’application des nouvelles politiques d’obligation vaccinale aux employés de l’État ainsi qu’aux voyageurs à bord des trains et des avions.

Le discours du Trône du 22 novembre sera le premier livré par la nouvelle gouverneure générale, Mary Simon. Celle-ci abordera le «plan progressiste pour en finir avec la COVID-19 et bâtir un avenir meilleur pour tous».

Justin Trudeau s’est engagé à maintenir la parité homme femme autour de la table du conseil des ministres, malgré la défaite aux élections de plusieurs femmes ministres.

À VOIR AUSSI...