/news/politics
Navigation

Conseil des ministres: quelles cartes Justin Trudeau jouera-t-il?

Le premier ministre a quelques atouts dans son jeu

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Justin Trudeau doit former un nouveau Conseil des ministres en composant avec la perte de quatre femmes, l’arrivée de nouveaux élus en Alberta et dans les Maritimes et une pression grandissante pour remplacer des ministres sous-performants. Le Journal vous présente les figures clés du jeu de cartes à brasser.

Le premier ministre du Canada a annoncé hier qu’il présentera son nouveau Conseil des ministres le 26 octobre et que la rentrée parlementaire aura lieu le 22 novembre avec le discours du Trône. D’ici là, un exercice difficile et très important se joue.

Au-delà des compétences professionnelles et de l’expérience, plusieurs autres éléments influencent la façon dont on compose une main gagnante au cabinet : le genre, la représentativité régionale, linguistique et ethnique, la loyauté et l’amitié.

Au fil du temps, Justin Trudeau s’est aussi montré très loyal envers ses ministres. Aucun n’a été éliminé du jeu malgré une sous-performance. Il est donc peu probable qu’un ministre critiqué devienne simple député, mais il pourrait hériter d’un portefeuille moins prestigieux.

Pour l’heure, seule Chrystia Freeland, déjà reconduite ministre des Finances et vice-première ministre, est certaine de son avenir. C’est donc une femme assurée dans un cabinet qui en a perdu quatre d’un coup : Catherine McKenna, aux Infrastructures, a quitté la politique, tandis que Maryam Monsef, Bernadette Jordan et Deb Schulte ont toutes mordu la poussière aux dernières élections. 

La pioche 

Plusieurs nouvelles recrues et députés d’arrière-ban forment un bassin intéressant de ministrables  

Helena Jaczek

Photo courtoisie

Réélue dans Markham-Stouffville dans la grande région stratégique de Toronto, médecin et ex-ministre ontarienne de la Santé. 

Yasir Naqvi

Photo courtoisie

Élu dans Ottawa-Centre, ex-procureur général de l’Ontario d’origine pakistanaise. 

Randy Boissonnault

Photo courtoisie

Élu dans Edmonton-Centre (Alberta), ex-secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine.

Les As 

Plusieurs ministres sortants sont des atouts du gouvernement et pourraient être déplacés pour donner un nouveau souffle à certains ministères ou rester en place pour assurer la continuité

Steven Guilbeault

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Patrimoine 

Carla Qualtrough

Photo Agence QMI

Emploi 

Anita Anand

Photo Anne-Caroline Desplanques

Approvisionnement

Les 2 

Ces ministres dans l’eau chaude pourraient obtenir un portefeuille moins important 

Carolyn Bennett

Photo d'archives

Affaires autochtones et Nord – Le NPD et des chefs autochtones veulent sa tête pour un message raciste et dégradant envoyé à l’ex-députée Jody Wilson-Raybould. 

Harjit Sajjan

Photo d'archives

Défense – Les oppositions réclament la tête de l’ex-militaire pour son échec à en finir avec les inconduites sexuelles dans l’armée. 

Diane Lebouthillier

Photo courtoisie

Revenu national – Les conservateurs demandent une enquête pour son implication dans la nomination d’un contributeur et organisateur de la campagne au poste de juge, Damien St-Onge.

Les rois et reines 

Ces cartes fortes ont fait leurs preuves et pourraient rester en place ou être promues 

Pablo Rodriguez

Photo courtoisie

Leader du gouvernement 

Dominique Leblanc

Photo courtoisie

Conseil privé et Affaires intergouvernementales 

Mélanie Joly

Photo courtoisie

Développement économique et Langues officielles

À voir aussi