/sports
Navigation

5 constats: les matchs des séries sont trop longs

BBA-BBN-BBO-SPO-DIVISION-SERIES---SAN-FRANCISCO-GIANTS-V-LOS-ANG
Photo AFP Les visites du receveur au monticule sont parfois longues.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques années, le baseball majeur a de la difficulté à renouveler sa base d’amateurs dans ses stades, mais aussi devant les différents écrans. C’est un phénomène préoccupant pour le commissaire Rob Manfred et sa garde rapprochée. 

• À lire aussi: Le CH a besoin de Suzuki et de Caufield

En 2007, le baseball majeur a attiré 79 millions de spectateurs dans ses stades. Depuis cette saison record, on a assisté à un déclin constant. Même chose pour les cotes d’écoute aux États-Unis. 

Le chiffre le plus alarmant ? Selon le Sports Business Journal, seulement 7 % des téléspectateurs sont âgés de 18 ans et moins. Les bonzes et les propriétaires du baseball majeur ont un examen de conscience à faire et ils devront donner un important coup de barre dans les prochaines années. 

De petits changements pourraient faire une grosse différence. Rien de complexe. Le premier qui me vient en tête ? La longueur des matchs. 

Depuis le début des séries, certaines rencontres ont duré plus de quatre heures. C’est trop long. En 2021, c’est illogique de penser qu’on peut garder des gens captifs devant leurs écrans pendant une aussi longue période. 

Les pauses publicitaires sont plus longues en séries. Ça rapporte des revenus intéressants. Cependant, on peut tout de même raccourcir les parties. 

Temps limite

Je mettrais un temps limite aux lanceurs pour effectuer leurs tirs vers le marbre. On placerait le même type de cadran qu’on voit au tennis lorsqu’un joueur est au service. 

On pourrait aussi récupérer quelques minutes entre les manches. Lors du changement, il faudrait réduire le temps aux équipes en défensive. Moins de tirs pour les lanceurs et moins de lancers au premier-but pour les joueurs de position. Je crois que tout le monde serait gagnant. 

C’est sûr que les joueurs monteraient aux barricades. Ça ne serait pas la première fois. Par contre, je suis convaincu qu’ils en verraient certains avantages à court, moyen et à long terme.

Rays : fin décevante

La saison des Rays s’est conclue d’une façon décevante. Avec 100 victoires au compteur en saison régulière, la troupe de Kevin Cash aspirait aux grands honneurs. 

Certains joueurs n’ont pas livré la marchandise. Par exemple, Brandon Lowe n’a pas frappé un seul coup sûr contre les Red Sox. Celui qui a frappé 39 circuits et produit 99 points a été un fantôme en séries. 

Les lanceurs, si efficaces en saison régulière, en ont arraché. En séries, ça ne pardonne pas. 

Quelques heures après leur élimination, il était déjà question du départ de certains joueurs. Nelson Cruz, Chris Archer et Michael Wacha ne reviendront pas à moins d’une surprise. Pour ce qui est du receveur Mike Zunino, son sort va dépendre de ses demandes salariales. 

À l’extérieur, le projet de garde partagée à Montréal va continuer de meubler les discussions. 

D’ici la fin de l’année, on saura si les Rays pourront construire un nouveau club dans la région de Tampa. 

Pendant ce temps, à Montréal, Stephen Bronfman et son groupe ont du pain sur la planche. 

Ils entrent dans une phase critique de leur projet alors qu’ils doivent finaliser le financement d’un nouveau stade. 

Encore une fois, la saison morte dans le baseball majeur pourrait donner lieu à des rebondissements dans ce dossier.  

2. Ce ne sera pas facile pour le CH 

BBA-BBN-BBO-SPO-DIVISION-SERIES---SAN-FRANCISCO-GIANTS-V-LOS-ANG
Photo Martin Chevalier

Faire les séries dans la LNH, c’est une bataille de tous les instants. À part quelques équipes talentueuses, les autres doivent se battre jusqu’au dernier match pour obtenir leur place. Le CH n’a joué que trois matchs et il est déjà dans une position inconfortable. Pour participer aux séries, il doit éviter les séries de défaites le plus possible. C’est mal parti. Pour redresser la barque, tous les joueurs devront contribuer. C’est la seule façon. Dominique Ducharme a du pain sur la planche alors qu’il doit se débrouiller avec l’absence de plusieurs éléments importants. 

3. Schiltz a répondu à l’appel 

BBA-BBN-BBO-SPO-DIVISION-SERIES---SAN-FRANCISCO-GIANTS-V-LOS-ANG
Photo d'archives, Agence QMI

Ce ne fut pas parfait, mais les Alouettes ont remporté une troisième victoire de suite à Ottawa. À son premier départ, le quart Matthew Schiltz en a fait assez pour permettre à son équipe de l’emporter contre une des pires équipes de la LCF. Les courses de Cameron Artis-Payne l’ont aidé à faire progresser l’attaque. Par contre, les plus gros tests s’en viennent pour les Alouettes. L’indiscipline et le rendement des unités spéciales sont des aspects qui devront être améliorés dans les prochaines semaines. 

4. Gruden : la pointe de l’iceberg 

BBA-BBN-BBO-SPO-DIVISION-SERIES---SAN-FRANCISCO-GIANTS-V-LOS-ANG
Photo AFP

La NFL est encore dans de sales draps. L’entraîneur-chef Jon Gruden a été congédié pour des propos dégradants écrits dans des courriels. Il a payé la note pour une situation qui touchait aussi plusieurs haut placés d’une équipe et des bureaux de la ligue. Le pire, c’est qu’il y a d’autres Gruden dans la NFL. Il ne faut pas avoir la tête dans le sable. Certaines personnes qui gravitent autour du circuit vivent encore à l’époque des dinosaures. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’un autre scandale de ce type éclate. 

5. Michel a plus que neuf vies 

BBA-BBN-BBO-SPO-DIVISION-SERIES---SAN-FRANCISCO-GIANTS-V-LOS-ANG
Photo PIerre-Paul Poulin

Encore une fois, le promoteur Yvon Michel a sorti un lapin de son chapeau la semaine dernière. L’entente qu’il a conclue avec le groupe Probellum va lui donner une bouffée d’air frais dont il avait besoin. La pandémie a fait mal à GYM et ce ne fut pas évident de redémarrer la machine. Ce nouveau partenariat pourrait être très profitable à Michel et son équipe. Le promoteur aura les ressources nécessaires pour assurer l’avenir de sa compagnie. Il pourra attirer de nouveaux prospects et surtout présenter des galas sur une base régulière. 

À VOIR AUSSI...