/news/green
Navigation

Le Québec aurait bien subi sa 14e tornade de l’année

Des rafales ont arraché des bouts de toits et même déraciné des arbres

Coup d'oeil sur cet article

La 14e tornade de l’année aurait frappé le Québec ce week-end, alors que des résidents de l’Estrie et du Centre-du-Québec ont eu la peur de leur vie après le passage d’une tempête violente.

• À lire aussi: D’importants dégâts après le passage d’une tempête en Estrie et au Centre-du-Québec

« Tout indique qu’on a eu la 14e tornade dans la municipalité de Sainte-Séraphine, dans notre analyse préliminaire. Le radar, les indices de rotation et les débris au sol nous suggèrent cet indice », confirme au Journal Jean-Philippe Bégin, météorologue chez Environnement Canada. 

Le Centre-du-Québec, dont ici à Sainte-Séraphine, y a aussi goûté.
Photo courtoisie, Mathieu Lussier et Nancy AC de «XtremChaseQuébec »
Le Centre-du-Québec, dont ici à Sainte-Séraphine, y a aussi goûté.

Cette petite ville du Centre-du-Québec d’environ 350 habitants a été la plus secouée samedi soir. De gros morceaux de toits se sont envolés un peu partout, des arbres ont été déracinés et des poteaux d’Hydro-Québec se sont retrouvés sur la chaussée. 

Photo courtoisie, Mathieu Lussier et Nancy AC de «XtremChaseQuébec »

Plusieurs garages et fermes ont aussi été endommagés par des vents qui ont soufflé entre 90 km/h et 130 km/h, selon Environnement Canada. 

Cette bâtisse ne payait pas de mine à Dunham, en Estrie, après les caprices de la météo de samedi.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce
Cette bâtisse ne payait pas de mine à Dunham, en Estrie, après les caprices de la météo de samedi.

« Il y a eu plus de peur que de mal. Heureusement, on n’a eu aucun blessé. Tout le monde nettoie en ce moment et on s’entraide. Mais personnellement, je n’ai jamais vu des vents comme ça chez nous », affirme David Vincent, maire de Sainte-Séraphine. 

COMME DANS UN FILM

La région voisine de l’Estrie est loin d’avoir été épargnée par la tempête. De sérieux dommages ont été constatés dans la ville de Dunham. 

Mélodie Lee s’apprêtait à souper dans sa résidence ​du rang Saint-Joseph au moment où elle a entendu d’énormes bruits à l’extérieur. En quelques minutes, sa soirée a été gâchée par des rafales qui ont soufflé entre 80 km/h et 100 km/h. 

La force des vents a déraciné cet arbre imposant.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce
La force des vents a déraciné cet arbre imposant.

« J’ai eu l’impression que notre maison était comme celle dans la scène de la tempête dans le film du Magicien d’Oz. On n’a pas eu le temps d’aller au sous-sol. Il y avait beaucoup de bruit. C’était effrayant. Jamais on n’aurait pensé que ça pouvait se produire chez nous », lance Mme Lee, toujours sous le choc au lendemain des événements. 

Photo courtoisie, Mathieu Lussier et Nancy AC de «XtremChaseQuébec »

Cette dernière a d’ailleurs perdu plusieurs morceaux de son toit. De nombreux arbres ont aussi été arrachés dans son secteur, et des fermes ont été endommagées. 

ENQUÊTE EN COURS

« Pour l’instant, en Estrie, dans la ville de Dunham et de Cowansville, on n’écarte rien. Par contre, les preuves sont moins accablantes que dans la ville de Sainte-Séraphine, soutient le météorologue Jean-Philippe Bégin. On privilégie donc l’hypothèse de microrafales dans cette région pour le moment. »

Photo courtoisie, Mathieu Lussier et Nancy AC de «XtremChaseQuébec »

Environnement Canada mentionne d’ailleurs que des professionnels de l’Université Western Ontario se rendront sur le terrain demain, pour enquêter sur la tempête. Ils révéleront ensuite où la tornade a bel et bien frappé dans la province. 

À voir aussi