/sports/hockey/canadien
Navigation

Match au Centre Bell: le bonheur fait oublier le masque

Pas facile de respecter les consignes sanitaires pour ce premier match du CH en salle comble depuis longtemps

GEN - LNH RANGERS Vs CANADIENS
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Bon nombre des 21 000 partisans de hockey qui ont rempli le Centre Bell samedi ont abandonné le port du masque dans l’euphorie de cette première salle comble en 585 jours de pandémie. 

Alexis Dinardo et Joseph Bilodeau n’avaient pas de couvre-visage dans les corridors de l’amphithéâtre.

« Tout le monde est vacciné ici. On a notre passeport, je pense qu’on n’a plus à porter le masque ce soir. C’est grand le Centre Bell, on est en sécurité et on veut avoir du fun», lance M. Dinardo.

Le Journal a constaté que de nombreux spectateurs avaient retiré leur masque ou le portaient de façon mal ajustée durant la partie d’ouverture du Canadien contre les Rangers de New York.

« Il faut mettre le masque sur votre nez », ont martelé sans cesse des employés du Centre Bell qui ont sillonné les rangées durant tout le match samedi soir. 

Ceux-ci ont tenté de ramener à l’ordre les partisans, mais plusieurs récalcitrants retiraient leur couvre-visage une fois la sécurité éloignée. 

GEN - LNH RANGERS Vs CANADIENS
MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

GEN - LNH RANGERS Vs CANADIENS
MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

Des messages diffusés dans les haut-parleurs de l’amphithéâtre priaient aussi les fans de se couvrir le visage durant la partie. 

« Veuillez porter le masque, sauf au moment de boire ou de manger activement », pouvait-on entendre. 

GEN - LNH RANGERS Vs CANADIENS
MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

GEN - LNH RANGERS Vs CANADIENS
MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

« Nous, c’est sûr qu’on respecte toutes les mesures. On se dit que c’est un mal nécessaire si on veut continuer à revenir ici », mentionne Stéphane Laberge, venu avec son fils David-Alexandre.

DANSE SANS MASQUE

Plusieurs personnes n’avaient pas non plus respecté les mesures sanitaires lors du concert de Ricky Martin et Enrique Iglesias la semaine dernière au même endroit. 

Plusieurs spectateurs se sont levés et ont dansé sans masque lors de ce spectacle qui avait fait beaucoup de bruit.

« Je ne crains pas d’éclosion pour deux raisons. Premièrement, le Centre Bell est extrêmement grand, c’est comme un site extérieur. Le plafond est très élevé et il y a un bon système d’aération. Ensuite, tout le monde a été vacciné », avait avancé Nimâ Machouf, épidémiologiste. 

FILES MONSTRES

Les fans de hockey devaient d’ailleurs patienter samedi dans des files de près de 300 m et sous des cordes de pluie avant d’assister finalement au match.

Le masque se portait parfois plutôt bas, même dans les couloirs du Centre Bell.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Le masque se portait parfois plutôt bas, même dans les couloirs du Centre Bell.

Dès 17 h, ils ont attendu devant le Centre Bell pour faire vérifier leur passeport sanitaire sous de petits chapiteaux. Ils se sont ensuite armés de patience dans une seconde file permettant d’accéder à l’amphithéâtre. 

« On est juste contents d’être là, confie Sonia Advadov sous son parapluie. La file est longue, mais ça nous va. On est vaccinés et on est prêts à montrer nos papiers. Ça nous rassure beaucoup plus qu’autre chose. »

Selon nos observations, cette étape s’est déroulée rondement et tous les partisans sont entrés dans le Centre Bell à temps pour le début du match à 19 h. 

Le Montréalais Alexis Lafrenière a d’ailleurs foulé la glace du Centre Bell pour la première fois de sa carrière samedi pour les Rangers de New York, en plus d’y inscrire un but.

Le Journal a croisé quatre de ses amis d’enfance qui portaient des chandails à l’effigie de son équipe et qui n’auraient manqué ce moment pour rien au monde. 

Mathieu Gagnon.
Ami 
d’Alexis Lafrenière
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Mathieu Gagnon. Ami d’Alexis Lafrenière

« On vient pour le voir et l’encourager, mentionne Mathieu Gagnon. On le connaît depuis qu’on est petits. [...]. On est fiers et ça fait du bien de revenir ici après tous ces mois-là de pandémie ».