/sports/others
Navigation

Le Grand Portage: porter un canot pour alléger le fardeau

Félix Jasmin était de passage à Ottawa, où il a notamment rencontré le premier ministre du Canada Justin Trudeau, le vendredi 8 octobre 2021, dans le cadre du relais de l'événement Le Grand Portage visant à amasser des sous pour la recherche sur la sclérose en plaques.
PHOTO COURTOISIE Félix Jasmin était de passage à Ottawa, où il a notamment rencontré le premier ministre du Canada Justin Trudeau, le vendredi 8 octobre 2021, dans le cadre du relais de l'événement Le Grand Portage visant à amasser des sous pour la recherche sur la sclérose en plaques.

Coup d'oeil sur cet article

Félix Jasmin rentre à la maison, mettant le point final, dimanche à Montréal, au relais de l’événement le Grand Portage, au cours duquel il a trimballé un canot sur des kilomètres et des kilomètres pour amasser des sous pour la recherche sur la sclérose en plaques. 

• À lire aussi: Conseil des ministres: quelles cartes Justin Trudeau jouera-t-il?

À 43 ans, Jasmin vit lui-même avec la sclérose en plaques. Sa maladie ayant été diagnostiquée officiellement en 2019, il éprouvait des ennuis de santé depuis quelques années, souffrant au passage d’anxiété, quand un nouvel examen par résonance magnétique a déterminé la nature du mal. 

«Le canot, c’est comme le fardeau que j’ai à porter, c’est comme une figure de style, une métaphore», dit-il, lors d’une touchante entrevue téléphonique. 

Le 30 septembre, Félix Jasmin était donc au centre-ville de Toronto pour la première étape de son aventure. En compagnie de sa femme Meg, sa grande complice, il a effectué quotidiennement le portage d’un canot sur une section de 13 km. Différentes équipes et environ 150 participants ont pris le relais, si bien qu’une distance de 700 km devait être franchie, entre Toronto et Montréal. 

Au-delà de l’épreuve physique, Jasmin a facilement dépassé son objectif déjà audacieux de récolter 300 000$. Il a bon espoir d’atteindre ou même de dépasser le demi-million. 

«Ce dont je suis vraiment fier, c’est la quantité de donateurs différents», a indiqué Jasmin, précisant que tous les sous iront à la recherche liée à la sclérose en plaques. 

Des projets de recherche conjoints du Dr Alexandre Prat, du CHUM, et du Dr Jack Antel, de Neuro-McGill, seront ainsi financés. 

Rencontre avec Justin Trudeau

Jasmin l’avoue d’emblée: ce périple du Grand Portage a dépassé ses attentes. Durant son passage à Ottawa, même le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, est venu à sa rencontre. 

«L’histoire, qui est un peu drôle, c’est que ma femme Meg et moi, nous nous sommes rencontrés dans un camp de vacances au parc Algonquin, en Ontario, et monsieur Trudeau a déjà été animateur de camp dans ce même parc», a révélé le Québécois. 

Le nom de «Grand Portage» vient d’ailleurs d’un tronçon, témoin de cette époque où le Montréalais passait ses étés à faire des expéditions en canot. 

Un joueur de hockey

L’hiver, Jasmin a par ailleurs toujours aimé jouer au hockey. S’il a déjà connu ses heures de gloire avec l’équipe d’une école secondaire située à St. Johnsbury, au Vermont, l’homme continue de pousser la rondelle malgré la sclérose en plaques. 

«Le problème majeur, lorsque je joue, c’est que je perds environ 40% de ma vision de mon œil droit, dit-il. Puisque je joue au centre, je dois m’adapter.» 

S’adapter. C’est justement ce qu’a dû faire Félix Jasmin, entouré de Meg et de leurs trois enfants, en raison de la maladie. Si le combat se poursuit, sa récente initiative demeure un pas extraordinaire vers l’avancement des recherches sur les mécanismes immunologiques et neurologiques. Et comme ses étés successifs passés au camp de vacances durant son adolescence, Jasmin croit déjà qu’il portera à nouveau son canot, l’an prochain, pour une nouvelle édition. 

Pour conclure le Grand Portage, un événement virtuel encourage les donateurs à courir, à marcher ou à pédaler, ce dimanche 17 octobre. Les dons sont par ailleurs acceptés sur le site web: legrandportage.ca

À voir aussi