/misc
Navigation

Montréal, la mal-aimée

Tranchées
Photo Louis-Philippe Messier

Coup d'oeil sur cet article

Je ne viens plus à Montréal ! Une déclaration péremptoire de gens soulagés d’avoir quitté la métropole.

Un bien grand mot pour définir Montréal qui désormais a des allures de petite ville nord-américaine sur le déclin. 

On l’a rêvée moderne et cosmopolite. On vit depuis des années sur sa renommée de cité accueillante aux multiples festivals. On profite encore de son image d’îlot de la culture francophone enracinée en Amérique du Nord où la vie demeure abordable.  

Misère, qu’est-il arrivéà ma ville natale ?

Depuis quelques années, Montréal se déploie en vaste chantier où on circule dans un labyrinthe de rues éventrées bordées de panneaux de signalisation et de cônes orange.

Patience, elle se refait une beauté.

Au sein de quartiers que l’on tente de préserver, notre œil se pose parfois sur des immeubles aux belles façades, sur quelques rares œuvres d’art, mais hormis ces trésors rescapés, notre ville a beau être sympathique, elle est moche.

Le centre-ville est à pleurer. Il ne suffit pas de « piétonniser » certaines rues, encore faudrait-il les rendre attrayantes à la promenade. Or le plus souvent, on y installe un mobilier urbain aux couleurs criardes de fête foraine.

Où sont passés le bon goût, la coquetterie, l’élégance ? 

Ils semblent avoir migré vers Québec. L’été dernier, malgré une petite horreur de « plage » tropicale en carton-pâte plantée devant le Palais Montcalm, la Vieille Capitale faisait bien davantage envie que pitié. 

Le 7 novembre prochain, nous serons appelés à voter aux élections municipales partout au Québec. 

Toutefois, on y observe un taux de participation assez faible. Pourquoi laisser à un petit pourcentage d’électeurs le choix de nos édiles municipaux ? La gestion de nos vies au quotidien vaut bien la peine qu’on se déplace.

Québec connaîtra la vie après Régis Labeaume.

Quant à Montréal, elle se sent tellement désamourée qu’elle n’en perd pas seulement son lustre, mais aussi son français.