/news/currentevents
Navigation

Hommage au héros emporté par le fleuve

Le pompier Pierre Lacroix a connu un destin tragique en sauvant deux vies

Coup d'oeil sur cet article

Le secteur des rapides de Lachine, où un pompier d’expérience est mort en héros dimanche soir, est l’un des plus dangereux pour y effectuer des sauvetages nautiques à Montréal, selon des experts.   

  • Frédérique Giguère, Le Journal de Montréal   

« C’est facilement dans le top trois des endroits les plus risqués sur l’île, affirme Matthew Griffith, chef de la section prévention du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). Même nos embarcations spécialisées en sauvetage ne peuvent pas s’aventurer dans les rapides. C’est trop dangereux. »

Des dizaines de personnes se sont réunies au phare de Lachine pour rendre hommage à Pierre Lacroix, emporté par le Saint-Laurent alors qu’il participait à une opération de sauvetage.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Des dizaines de personnes se sont réunies au phare de Lachine pour rendre hommage à Pierre Lacroix, emporté par le Saint-Laurent alors qu’il participait à une opération de sauvetage.

Même la garde côtière auxiliaire, appelée sur les lieux, a endommagé la coque de son bateau tellement le courant était puissant. 

« C’est dangereux le jour, alors imaginez-vous le soir quand on ne voit rien autour de nous », lance Brian Sackman, commandant de l’unité 43 de la garde côtière auxiliaire. 

Des pompiers attristés par le décès de leur collègue.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Des pompiers attristés par le décès de leur collègue.

Ultime sacrifice

Pierre Lacroix
Photo courtoisie
Pierre Lacroix

Comme l’ont souligné plusieurs collègues et amis lundi sur les réseaux sociaux en lui rendant hommage, le pompier Pierre Lacroix a fait l’ultime sacrifice dimanche soir. Comble de malheur, le père de famille de 58 ans allait prendre sa retraite l’année prochaine, au terme d’une carrière de 30 ans.

  • Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:

« Ce matin, notre cœur fait mal, nous absorbons la nouvelle du décès tragique d’un ami, un confrère, un homme merveilleux et un papa plus qu’aimant », a écrit Nathalie Charrette sur Facebook. 

Photo courtoisie

Chavirés en plein sauvetage

Vers 19 h, le bateau dans lequel se trouvait Pierre Lacroix et trois de ses confrères a chaviré dans le fleuve Saint-Laurent, à quelques mètres des rapides de Lachine, alors qu’ils étaient en pleine opération de sauvetage. Le quatuor tentait alors de ramener sur les berges un bateau en panne et ses deux occupants. 

Trois pompiers ont pu être sauvés, mais celui qui cumulait une vingtaine d’années d’expérience en sauvetage nautique n’a pas eu cette chance. Selon des sapeurs rencontrés sur les lieux lundi, lorsqu’un incident de la sorte se produit, il arrive que le phénomène de succion soit si intense que la personne coincée sous le bateau soit incapable de se libérer. 

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Malgré son équipement complet, soit une combinaison étanche, une veste de flottaison et un casque, le résident de Dorval n’a pas pu revenir à la surface. 

Les hélicoptères des Forces armées canadiennes et de la Sûreté du Québec ont retrouvé son corps à l’aide d’une caméra thermique vers 3 h, selon le SIM. Avec l’aide des plongeurs de la SQ, le corps a été repêché vers 8 h 15. Son décès a été constaté peu de temps après, à l’hôpital.     

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:    

Une enquête sera menée afin de comprendre comment une telle tragédie a pu se produire et si toutes les procédures et précautions ont été respectées. 

– Avec la collaboration de Maxime Deland, Agence QMI, et Laurent Lavoie

Un homme dévoué et passionné  

Famille, amis, collègues et concitoyens se sont réunis, chandelles à la main, lundi soir au phare de Lachine, à Montréal, pour rendre un dernier hommage au pompier Pierre Lacroix, décédé en service dimanche soir.    

  • Anne-Sophie Poiré, Le Journal de Montréal   

« C’est une méchante grosse perte », a soufflé Marie-Josée Turgeon, une grande amie de Pierre Lacroix qui le connaissait depuis la maternelle. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

« Il était passionné. Il est devenu pompier pour sauver la vie des gens, dit-elle. Pierre était un altruiste. »

Vers 19 h lundi, au parc Saint-Louis, à Lachine, l’arrondissement montréalais où le pompier a passé toute sa carrière, 250 bougies ont été allumées pour saluer le dernier acte de courage de l’homme de 58 ans « mort en héros ».

« On tient à exprimer notre soutien et notre gratitude aux pompiers de Lachine », a par ailleurs témoigné la mairesse de l’arrondissement, Maja Vodanovic, une des organisatrices de l’événement.

Un homme dévoué

Dans le groupe d’amis « tissé serré » de Pierre Lacroix, cinq personnes sont devenues pompiers pour la Ville de Montréal, a raconté Mme Turgeon.     

  • Un proche était au micro de Mario Dumont à QUB radio, écoutez ce qu'il a dit:   

Ils connaissent les dangers du métier et se souviendront d’autant plus de Pierre Lacroix comme celui qui « faisait toujours passer les autres avant lui », ont-ils souligné. 

« Quand l’alarme sonnait à l’époque où il était pompier volontaire à ville Saint-Pierre, il partait à la course jusqu’à la caserne parce que c’était moins long que d’y aller en auto. C’était ça, Pierre, un gars tellement dévoué », s’est remémoré Gérard Blouin, ancien lieutenant du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et ami du pompier décédé.