/weekend
Navigation

Le chanteur vagabond

Anthony Roberge vanlifer
Photo courtoisie Anthony Roberge devant sa van Estelle.

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa longue tignasse blonde et son look décontracté, Anthony Roberge est l’image même que l’on se fait du vanlifer cool et bohème. 

• À lire aussi - Ma vie en films: Philippe Brault: «Les films qui me marquent ne sont pas nécessairement ceux que j’ai du plaisir à regarder»

Si son nom vous dit quelque chose, c’est sans doute parce que vous avez entendu l’une de ses chansons à la radio.

Au début de l’année, l’auteur-compositeur-interprète a connu un vif succès avec sa chanson Vagabond, un hymne à sa vie de nomade, en plus de sortir son premier album Aux frontières.  

Après des années à gratter la guitare et à faire des petits spectacles, le jeune homme a tout plaqué en 2017 pour vivre à fond sa vie d’artiste sur la route. Il a quitté son emploi de kinésiologue, acheté un Sprinter usagé qu’il a lui-même aménagé et laissé son appart.

« Il y a longtemps que je rêvais de faire de la musique à temps plein, explique le chanteur. Je tripais sur des musiciens folk australiens comme Kim Churchill et Ben Howard qui vivaient dans leur van. J’enviais leur liberté. Le saut me faisait peur, mais je n’en pouvais plus du 8 à 5. »

Parfait pour la tournée

Armé de sa guitare acoustique, d’une valise tambourin et de son harmonica, le chanteur commence à composer des chansons, tout en gagnant sa vie comme musicien de rue. Les touristes ont pu l’entendre dans des endroits aussi variés que le Vieux-Québec, la Floride et la petite ville de Nanaimo sur l’île de Vancouver.

« Je joue généralement deux à trois heures par jour, c’est suffisant pour me permettre de payer mes dépenses. Je dors dans ma van, pas loin d’où je donne mes spectacles. En minimisant mes déplacements, je coupe sur l’essence et les frais d’entretien. C’est un mode de vie parfait pour faire de la tournée, tu n’as pas besoin de rentrer à la maison chaque soir après ton show. »

Vivre à temps plein en van lui procure aussi le cadre parfait pour trouver l’inspiration nécessaire à l’écriture. Ses chansons en témoignent. Il y est question de l’éloignement, de la solitude, de l’amour.

« La vanlife m’offre du temps. Du temps pour penser, pour être dans le moment présent. Quand il y a une idée qui pop dans ma tête, ben je suis disponible pour la capter. »

À bord de sa fidèle van Estelle, qu’il a baptisée en l’honneur de sa grand-mère décédée alors qu’il avait 5 ans, on n’est pas inquiet : Anthony Roberge a tout ce qu’il faut pour écrire encore plein d’autres hits radio !

Procurez-vous le livre de Dominic Arpin le guide Van Aventure

Dominic Arpin a récemment publié le guide Van Aventure aux Éditions du Journal.