/sports/hockey/canadien
Navigation

Sharks c. Canadien: «On ne méritait pas de gagner», martèle Dominique Ducharme

Coup d'oeil sur cet article

Aucune victoire en quatre matchs. Une première depuis la saison 1995-1996 pour le Canadien. Puisqu’il vient de signer une prolongation de contrat au cours de l’été, Dominique Ducharme peut dormir sur ses deux oreilles. Mais ça ne l’empêche pas de noter une tendance inquiétante au sein de sa troupe.

• À lire aussi: 4e revers du Canadien: «Il y avait zéro effort», affirme un Jeff Petry frustré

• À lire aussi: Sharks 5, Canadien 0: le Tricolore toujours sans victoire

• À lire aussi: La maison brûle!

Lors de ces quatre premières rencontres, le Tricolore a livré deux performances lamentables. Jeudi soir à Buffalo et mardi.

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« Au moins, ce soir [mardi], contrairement à l’autre soir, on a poussé un peu en deuxième période. Christian Dvorak a touché le poteau à 30 secondes du début de cette période », a déclaré Ducharme.

Pousser un peu, ce n’est évidemment pas suffisant pour espérer l’emporter dans le circuit Bettman. Jeff Petry l’a reconnu en soulignant le manque d’effort et d’exécution de ses coéquipiers. 

Brendan Gallagher a fait de même en arguant qu’il faut travailler dur pour gagner le droit de passer du temps en territoire offensif. 

« On ne méritait pas de gagner, a martelé l’entraîneur-chef du Canadien. Habituellement, la game est honnête. Et, ce soir [mardi], elle a été honnête avec nous. »

« En première période, on s’est battu nous-mêmes, a-t-il poursuivi. On perdait des courses en revenant vers notre zone. On perdait des couvertures. On leur a donné beaucoup trop de chance. » 

  • Écoutez la chronique de Jean-François Baril au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio:  

Manque d’engagement

Mardi soir, en plus d’accorder cinq buts, les Montréalais n’ont pas été fichus d’en marquer un seul. Jonathan Drouin est donc toujours le seul attaquant à avoir touché la cible en quatre duels chez le Canadien.

« Quand tu te mets dans le trouble tôt, tu te mets à courir après le match. À ce moment, l’adversaire se sent à l’aise et peut fermer le jeu un peu plus, ce qui fait que tu as moins d’occasions de marquer. »

Ducharme soutient que ses ouailles ne sont pas mal intentionnées, c’est surtout la livraison du produit fini qui fait dur. 

« On savait qu’ils joueraient de façon rapide, qu’ils auraient beaucoup de soutien au porteur de la rondelle, qu’on avait besoin de les repousser en périphérie. On a été battu sur ces jeux. À certaines occasions, notre exécution et notre engagement ont fait défaut », a-t-il souligné.

Mettre ses bottes de travail

Les blessures à des morceaux importants de la formation, des joueurs qui n’occupent pas la bonne chaise, ce sont deux éléments qui peuvent expliquer ce début de campagne difficile. La courte pause estivale suivant le revers en finale de la coupe Stanley pèse-t-elle lourd dans les jambes des joueurs du Canadien ? 

« C’est un piège, a reconnu l’entraîneur-
chef. Quand tu arrives si près et qu’il faut que tu recommences rapidement, il y a une partie mentale qui entre en ligne de compte. Cette partie mentale-là, on ne la gère pas bien. »

« Il faut tourner la page et mettre nos bottes et nos gants de travail. Et il faut le faire de la bonne façon », a-t-il poursuivi.

Ce serait une bonne idée de le faire contre les Hurricanes de la Caroline, jeudi soir. 

Jesperi Kotkaniemi et ses bons amis s’amènent au Centre Bell avec deux victoires en poche. Et ils ont l’étiquette de favori pour remporter le titre de la division métropolitaine.

À voir aussi