/finance/business
Navigation

Pierre Fitzgibbon lance la grande offensive du «Fabriqué au Québec»

Le ministre de l’Économie a préparé le terrain pour son patron François Legault

À l’opposé du ministre de l’Économie, le ministre de la Santé, Christian Dubé, n’a pas été en mesure de s’entretenir avec les médias après le dévoilement de l’ambulance électrique de Demers Ambulances avec Lion, à Belœil. On le voit ici aux côtés de Pierre Fitzgibbon, lors de la présentation son et lumière.
Photo Francis Halin À l’opposé du ministre de l’Économie, le ministre de la Santé, Christian Dubé, n’a pas été en mesure de s’entretenir avec les médias après le dévoilement de l’ambulance électrique de Demers Ambulances avec Lion, à Belœil. On le voit ici aux côtés de Pierre Fitzgibbon, lors de la présentation son et lumière.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que son gouvernement vient d’annuler un appel d’offres de masques québécois et a plutôt opté pour des produits chinois, le ministre de l’Économie prône le « Fabriqué au Québec », qui se trouvera en bonne place dans le discours d’ouverture de François Legault aujourd’hui.

• À lire aussi: Fitzgibbon ouvert à accueillir l’ontarienne StromVolt

• À lire aussi: Le gouvernement Legault va appuyer la conversion verte des alumineries

« Le “Fabriqué au Québec”, l’achat local, est important. Sans vouloir scooper mon premier ministre, demain [aujourd’hui], il va en parler dans son discours. On peut s’attendre à voir beaucoup d’effort sur le “Fabriqué au Québec” », a réagi hier le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, en marge du dévoilement de l’ambulance électrique de Demers, à Belœil. Hier, Le Journal révélait que des masques à fenêtre québécois ont été abandonnés pour des chinois dans les garderies, ce qui a été une « grande déception » pour Entreprise Prémont, de Louiseville, qui était le plus bas soumissionnaire pour ces deux futurs contrats estimés à plus de 7,3 millions $.

  • Écoutez la rencontre Foisy-Robitaille avec Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« Nous sommes très déçus puisque les éducatrices ne recevront pas de masques à fenêtre convenables », avait déploré le vice-président de l’entreprise, Luc Girard, dans nos pages.

Plus autonomes

Or, hier, après avoir participé à un dévoilement-spectacle son et lumière d’une ambulance électrique, le ministre de la Santé, Christian Dubé, n’a pas pu s’entretenir avec Le Journal, contrairement à son homologue à l’Économie.

« Les masques, on en fait déjà [Medicom]. On regarde les vaccins, les blouses, les gants de nitrile. Je pense qu’il va falloir être capable », a commenté Pierre Fitzgibbon à propos des couvre-visages d’ici.

En journée, dans une vidéo publiée sur Twitter, le premier ministre François Legault a fait part, lui aussi, de son désir de voir plus de « Fait au Québec ».

« Ça doit changer aussi en économie. Il faut être plus autonome. Il faut être fier de fabriquer, cultiver, construire, d’innover et créer ici au Québec », a-t-il dit à la veille de son discours d’ouverture.

Mais réalistes

Pour Pierre Fitzgibbon, le « Fabriqué au Québec » doit notamment s’imposer pour des raisons industrielles.

« Géopolitiquement, les chaînes d’approvisionnement doivent être plus courtes qu’elles l’étaient dans le passé », a illustré le ministre, après des mois de distorsions mondiales causées par la crise sanitaire.

Il estime cependant que le Québec devra choisir certains secteurs précis où il peut être performant s’il veut réussir à augmenter sa productivité.

« Il faut être ciblé. Il faut être réaliste. On est 8,5 millions de personnes au Québec. Est-ce que l’on va être bon dans tout ? Ça va être difficile », a conclu M.Fitzgibbon.

–Avec la collaboration de Rémi Nadeau

À voir aussi   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.