/news/coronavirus
Navigation

La vaccination des 5-11 ans, le «début de la fin de la crise sanitaire»

Coup d'oeil sur cet article

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans représente le «début de la fin de la crise sanitaire» de COVID-19, selon le Dr Jesse Papenburg, pédiatre infectiologue et microbiologiste à l’Hôpital de Montréal pour enfant.

• À lire aussi: COVID-19 dans la Capitale-Nationale: vers une première dose pour les 5 à 11 ans d’ici Noël

• À lire aussi: Legault souhaite la fin prochaine de la majorité des mesures sanitaires

Selon le médecin, l’inoculation de ce groupe d’âge aura pour effet de «voir une diminution importante de la transmission communautaire». 

Reste maintenant à savoir quand la vaccination des 5-11 ans pourra commencer et comment elle fonctionnera.

Si Pfizer-BioNTech a déposé une demande d’homologation de vaccin pour les enfants lundi, il faudra quelques semaines avant que Santé Canada se prononce, selon Dr Papenburg.

Il faut ajouter à ce délai le plan selon lequel les provinces entendent procéder et l’approvisionnement du vaccin.

«On sait que c’est un nouveau produit, donc il y a une question de production et d’approvisionnement afin qu’on puisse donner le vaccin pédiatrique chez les enfants», explique Dr Jesse Papenburg.

Les enfants qui se feront vacciner contre la COVID-19 recevront une dose équivalente au tiers d’une dose régulière qui est administrée aux adultes et aux adolescents.

«Selon le communiqué de presse de Pfizer, cette dose plus petite est capable de susciter des niveaux d’anticorps aussi élevés que la dose complète chez les adultes et les adolescents. Et quand on parle de dose plus petite, on parle aussi de risque et d’effets secondaires plus petits», indique le pédiatre.

Selon Dr Jesse Papenburg, les enfants devront également deux doses pour obtenir l’immunité souhaitée.

«Je pense qu’on va parler de deux doses parce qu’on sait qu’avec le variant Delta, ça prend vraiment la deuxième dose pour monter les types d’anticorps assez protecteurs pour diminuer les risques d’infection», dit-il.

L’intervalle entre les doses reste à déterminer, mais le pédiatre s’attend à un intervalle minimal de huit semaines.

«On a vu au Canada et au Québec que l’intervalle de huit semaines semble être optimal et protège mieux à long terme qu’un intervalle plus court de trois à quatre semaines qui avait été étudié dans les études cliniques initiales», pense Dr Papenburg.

À voir aussi

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres