/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les 12 travaux de Legault

Les 12 travaux de Legault
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

M. Legault a finalement livré le fort attendu discours inaugural permettant de nous présenter les priorités gouvernementales pour cette dernière année de son mandat.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le premier ministre ne manque pas d’ambition, ne manque pas d’idées pour faire avancer le Québec. On en avait pour tous les goûts: de la santé à l’éducation, en passant par l’économie, la famille et l’environnement. 

Il serait illusoire que le premier ministre et son gouvernement réussissent à tout mettre en branle au courant des prochains mois et que l’on puisse voir le fruit de cette vision avant les prochaines élections. Mais force est de constater que le premier ministre ne veut pas laisser la pandémie et l’incertitude qui l’accompagne rythmer son mandat, encore moins la fin de celui-ci. 

La santé

Une énième volonté de changer la «culture organisationnelle» du paquebot qu’est le ministère de la Santé. Exit les agences privées, on va mettre en place notre propre mécanisme de dépannage et on va décentraliser les pouvoirs pour que les décisions se prennent localement. Bien que les changements de structures ne soient pas sexy politiquement, ce sont les acteurs du milieu de la santé qui seront heureux.

Le premier ministre a également profité de cette tribune solennelle pour servir un sérieux avertissement aux médecins omnipraticiens et leur dire qu’ils vont devoir en faire plus. Qu’ils le veuillent ou non. Cet avertissement contraste d’ailleurs avec le ton utilisé avec les infirmières et les préposées aux bénéficiaires. Le gouvernement Legault cherche clairement à se définir comme défenseur des infirmières plutôt que comme un gouvernement faible devant les médecins. 

L’électricité, notre fleurdelisé 4.0

La volonté est ferme: notre hydroélectricité, une richesse collective inouïe, sera au cœur de l’action gouvernementale, et ce, tant au ministère de l’Environnement qu'au ministère de l’Énergie, mais surtout au ministère de l’Économie. 

C’est le portrait d’une province branchée, qui roule grâce aux ressources propres et renouvelables, et exportatrice nord-américaine, que le premier ministre a brossé. 

Terminé l’extraction des hydrocarbures, on va être vert, vert, parole de la CAQ... Bizarrement, il n’a pas parlé du tunnel à 10 milliards de dollars entre Lévis et Québec... à moins qu’il soit exclusif aux voitures électriques... À suivre! 

La pandémie touche à sa fin

C’est du moins ce que prétend le premier ministre. On sent l’impatience de passer à un autre appel, de parler et d’attaquer de nouveaux enjeux. Le premier ministre nous dit que, dès janvier 2022, soit lorsqu’on aura terminé la vaccination des 5 à 11 ans, il lèvera l’urgence sanitaire. Or il n’a pas besoin de maintenir l’état d’urgence pour assurer cette dernière opération de vaccination. À moins qu’il ne veuille garder certains pouvoirs que lui confère l’état d’urgence et qui dopent son rapport de force, que ce soit avec les syndicats dans le cadre des conventions collectives ou dans l’octroi de contrats sans appel d’offres. 

Personnellement, j’espère que les ministres ont profité de l’été pour recharger les batteries, se reposer et voir leur famille. À voir les projets qu’il a pour eux, ils auront du pain sur la planche! 

TOUTES NOS CHRONIQUES SUR LE DISCOURS D'OUVERTURE

Jamais un gouvernement n'aura eu autant de pouvoir – Mathieu Bock-Côté

Méchante facture à venir – Michel Girard

François Legault, le réformateur – Emmanuelle Latraverse

Le changement au Québec est difficile – Mario Dumont

Les grands chantiers de François Legault – Josée Legault

Le «grand reset» Legault – Guillaume St-Pierre

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.