/finance/real-estate
Navigation

Marché immobilier à Montréal: retour à la normale, mais avec des maisons à un demi-million $

bloc situation maison à vendre
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Après plus d’un an de frénésie due à la pandémie, le marché immobilier montréalais a enfin repris un rythme plus normal, freiné par un manque d’inventaires et des prix plus élevés que jamais.

Ainsi, le troisième trimestre de 2021, conclu en septembre, s’est terminé avec la vente de 10 828 résidences dans le Grand Montréal, un nombre en chute de 29 % par rapport à la même période en 2020, montre le plus récent rapport de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec dévoilé mercredi.

Le secteur de l’unifamiliale s’est particulièrement calmé avec 5196 ventes (-37 %), mais le nombre de condos (4372, -23 %) et de plex (1250, -9 %) vendus a aussi grandement diminué.

Le phénomène n’est pas unique à Montréal puisque, dans l’ensemble du Québec, on dénombre 30 % moins de vente de propriétés entre le troisième trimestre de 2020 et de 2021

Le bassin de résidences disponibles est aussi à sec, avec 31 % moins de logis affichés sur le site de Centris. «Il s’agit du niveau d’inscriptions en vigueur le plus faible répertorié depuis 2003, une époque à laquelle la taille du parc immobilier résidentiel était pourtant bien inférieure à celle d’aujourd’hui», a souligné l’APCIQ.

«La demande continue d’être particulièrement robuste, bien que limitée par un manque d’offres et un niveau de prix élevé dans l’unifamiliale. Il en résulte une plus forte activité dans les catégories de propriétés offrant une meilleure abordabilité, comme celle des copropriétés ou une meilleure disponibilité, comme celle des plex», a fait remarquer Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ, dans un communiqué accompagnant les données trimestrielles.

Les maisons atteignent un demi-million $

Faute d’inventaire et en raison de la pandémie, les prix des demeures continuent, eux, à grimper en flèche. Ainsi, le prix médian des maisons unifamiliales a franchi la barre du demi-million de dollars dans le Grand Montréal pour atteindre 500 250 $, en hausse de 17 %. Les condos (365 000 $, +16 %) et les plex de deux à cinq logements (680 000 $, +11 %) ne sont pas en reste non plus.

À l’échelle de la province, il est possible de trouver bien plus abordable qu’à Montréal, avec notamment un prix médian de 365 000 $ pour les maisons unifamiliales, mais ce prix demeure néanmoins en hausse de 18 % en un an.

De nombreuses villes ont d’ailleurs dépassé, et de loin, l’augmentation moyenne constatée dans la métropole, avec des hausses des prix des maisons dépassant les 20 % à Trois-Rivières (+28 %), Gatineau (+24 %) et Sherbrooke (+21 %). C’est toutefois Lachute qui remporte la palme avec une hausse de 44 % du prix médian de ses maisons en à peine une année.

L’APCIQ ne s’attend pas à une baisse des prix de sitôt, les résidences à vendre demeurant rares sur le marché.

«Le ralentissement de l’activité doit donc être relativisé et les prix sont appelés à se maintenir à des niveaux élevés», a résumé Charles Brant.

À voir aussi