/opinion/columnists
Navigation

Il faut «débarrettiser» le système de santé

Infirmières
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les leçons de la pandémie obligeant, François Legault jure qu’il fait de la santé son chantier prioritaire pour les prochaines années. Incluant la promesse d’une « vaste décentralisation » du réseau.

S’il faut décentraliser, c’est parce que les « réformes » Barrette ont détraqué le système de santé et de services sociaux en leur imposant une hyper centralisation catastrophique.

Sous les mammouths bureaucratiques des CISSS et des CIUSSS qu’il a créés, le processus décisionnel est déconnecté des besoins réels des usagers. La pandémie l’a confirmé dans les CHSLD, mais aussi ailleurs dans le réseau.

Le problème est que chaque CISSS et CIUSSS doit couvrir un immense territoire. Tout y est noyé : hôpitaux, CHSLD, cliniques, ressources d’hébergement, services aux aînés et aux personnes handicapées, soins à domicile, etc.

Dans ces maisons qui rendent fou, impossible de savoir qui est responsable de quoi. Le résultat est à l’avenant. La culture qui y règne en est une de déresponsabilisation, d’opacité et de déshumanisation des services.

Urgence

D’où l’urgence de recréer une culture d’imputabilité, de transparence, de flexibilité et de reddition de comptes. Pour ce faire, les décisions doivent se prendre localement. Par et pour chaque établissement, selon les types de services et d’usagers. Logique.

Hier, le ministre de la Santé, Christian Dubé, se disait emballé par ce nouveau mandat. « Pour moi, notait-il, la décentralisation n’est pas une question de structure, c’est une question de culture ».

Exact. Mais pour changer la culture, il lui faudra aussi nécessairement décentraliser la structure des CIUSSS et des CISSS. Gestionnaire d’expérience, le ministre le sait très bien.

Les « réformes » Barrette, je les ai longtemps analysées et dénoncées. Plusieurs chercheurs ont aussi documenté leur impact sclérosant sur le réseau.

L’an dernier, en pleine première vague meurtrière de la COVID-19, pour une énième fois, j’écrivais qu’il faut « débarrettiser » le système au plus vite.

Si M. Legault tient parole, cette décentralisation, au-delà même d’un apaisement éventuel de la pandémie, ce sera peut-être elle, la vraie lumière au bout du tunnel.