/qubradio
Navigation

La perte de milieux naturels «va nous revenir dans la face», craignent des médecins

La perte de milieux naturels «va nous revenir dans la face», craignent des médecins
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les changements climatiques augmentent les inégalités sociales et la réponse des gouvernements tarde à se faire sentir, selon l'Association des médecins pour l'environnement 

«Il faut garder en tête que ces impacts-là sont ressentis de façon disproportionnée par les groupes les plus défavorisés en situation de vulnérabilité, non seulement à travers le monde, mais aussi au Canada», a déclaré Claudel Pétrin-Desrosiers, présidente de l’Association et co-auteure d’un rapport sur la santé et les changements publié dans la revue The Lancet, à l’antenne de QUB Radio.

Il est trop tard pour espérer que la réduction des gaz à effet de serre annule les catastrophes naturelles. Il est aussi grand temps de passer à l’adaptation climatique, qui consiste par exemple à ne pas reconstruire des maisons dans une zone fréquente d’inondation.

«On se rend compte que la majorité des fonds dédiés aux changements climatiques va à la mitigation, l’accumulation des gaz à effet de serre et ne vont pas dans l’adaptation. Il faut financer adéquatement ces politiques-là», a précisé la docteure au micro de Philippe-Vincent Foisy.

Autre point important, insiste Claudel Pétrin-Desrosiers: la sauvegarde des milieux naturels, qui contribuent notamment à limiter la propagation des feux de forêt et de réduire les ilots de chaleur.

«À Montréal, on parle encore de détruire certains espaces verts pour des projets industriels. On le voit aussi sur la Rive-Sud et la Rive-Nord. C’est un mot d’ordre qui devrait être rentré de façon beaucoup plus forte. Nos milieux naturels, il faut les protéger, ne pas les voir comme des occasions de développement économique, parce que ça va nous revenir dans la face dans quelques années», a-t-elle résumé.

À voir aussi 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions