/news/politics
Navigation

Le Face-à-Face Montréal 2021: Un débat musclé et indiscipliné

Les candidats à la mairie de Montréal s’affrontaient pour la première fois à la télévision et le ton a monté

POL-ELECTIONS-MUNICIPALES-DEBAT-TVA
Photo Agence QMI, Joël Lemay Les candidats à la mairie de Montréal Balarama Holness, Valérie Plante et Denis Coderre dans le studio de LCN avant que le débat commence.

Coup d'oeil sur cet article

Les trois principaux candidats à la mairie de Montréal ont multiplié les attaques et les échanges musclés, souvent cacophoniques, lors de leur premier débat télévisé diffusé jeudi soir à LCN.

• À lire aussi: Armes à feu: débat houleux entre Coderre et Plante

• À lire aussi: Sondage CROP: la lutte demeure très serrée entre Plante et Coderre

• À lire aussi: Le leadership de Balarama Holness remis en question

Les électeurs montréalais appelés aux urnes les 6 et 7 novembre prochain ne peuvent pas dire qu’ils se sont ennuyés en regardant les prétendants à la mairie débattre des principaux enjeux touchant la métropole au Face-à-Face Montréal 2021.

  • Écoutez le résumé des actualités avec Alexandre Dubé sur QUB radio :

Valérie Plante, Denis Coderre et Balarama Holness se sont d’abord lancé quelques attaques directes sur les enjeux de la mobilité et du climat.

Mais c’est environ à mi-chemin du débat qui a duré une heure et quinze minutes que les échanges se sont corsés, au moment où les candidats ont été appelés à exprimer leurs positions sur le logement et la sécurité.

La cacophonie a souvent pris le dessus, forçant le modérateur, Pierre Bruneau, à intervenir à plusieurs reprises.

« Vous êtes moins disciplinés que les chefs provinciaux et fédéraux » a réprimandé l’animateur.  

  • Écoutez La Rencontre Lisée-Mulcair à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio:    

Duels Plante et Coderre 

La mairesse sortante, Valérie Plante de Projet Montréal, et l’ex-maire Denis Coderre, d’Ensemble Montréal, ont réservé des duels enlevants sur leurs positions.

Sur le thème de l’habitation, M. Coderre a attaqué le règlement 20-20-20, principe phare de Mme Plante, qui prévoit que tous les projets immobiliers d’envergure comprennent dorénavant 20 % de logements abordables, 20 % de logements sociaux et 20 % de logements familiaux. 

Le chef d’Ensemble Montréal a sous-entendu que celui-ci faisait fuir les promoteurs immobiliers, car ils se « plaignent que la Ville n’est pas disponible ».

« On travaille avec les promoteurs, s’est défendue Mme Plante. On ne donne pas les clés de la Ville aux promoteurs. »

En pleine flambée de fusillades, la question de la sécurité a également soulevé les passions alors que les deux candidats se sont mutuellement accusés de souhaiter une réduction du financement du Service de police de la Ville de Montréal.

« Les gens ont peur de sortir le soir », a avancé M. Coderre, qui fait de la sécurité son cheval de bataille depuis le début de la campagne.

« À ce jour, il n’y a toujours pas de plan que vous avez mis sur la table [en matière de sécurité] », a rétorqué Mme Plante.

Une première pour Holness

Balarama Holness, le chef du nouveau parti Mouvement Montréal, a eu l’occasion de faire connaître son parti. 

Le candidat a récemment fait parler de lui pour sa position controversée sur le caractère francophone de Montréal, dont le statut devrait plutôt être bilingue selon lui.

À plusieurs reprises, il a toutefois été attaqué sur sa connaissance des dossiers par les candidats Plante et Coderre. 

Dès l’ouverture du débat, il a promis qu’il « enlèverait les cônes orange », mais n’a pas offert de réponse claire lorsqu’on lui a demandé ce qu’il ferait concrètement en matière de gestion des chantiers de construction. 

  • Écoutez le commentaire de Gilles Proulx au micro de Richard Martineau sur QUB radio:   

Rigueur svp

« Un peu de rigueur SVP ! », lui a plus tard lancé Mme Plante, pour affirmer que construire une usine de recyclage « ne prenait pas deux ans », comme l’avait sous-entendu M. Holness.

M. Holness a toutefois lancé quelques attaques efficaces sur les enjeux de logement, entre autres envers Mme Plante sur une « porte de sortie » qui permet aux promoteurs de payer un montant à la Ville au lieu de construire des logements sociaux.

À la toute fin du débat, Coderre et Plante y sont allés d’un tir groupé contre la proposition de Holness de faire de Montréal une ville bilingue. 

Le chef de Mouvement Montréal s’est fait accuser de vouloir diviser les citoyens.

– Avec Félix Lacerte-Gauthier, Agence QMI

« Les Montréalais ne peuvent pas se faire avoir une deuxième fois. Vous [Plante] avez parlé de la ligne rose. On sait tous que c’est une hyperbole. Ça n’arrivera pas. »

– Balarama Holness, chef de Mouvement Montréal

« Quand vous [Plante] riez, vous êtes nerveuse. Arrêtez de rire, c’est trop important l’habitation. [...] Votre problème, c’est que vous Pouvez parler de flips, mais on a à faire face à des flops. » 

– Denis Coderre, chef d’Ensemble Montréal

« Quand c’était à votre époque [Coderre], pour vous, une piste cyclable c’était essentiellement de la peinture au sol. [...] Une piste cyclable, ça doit être sécuritaire. Quand c’est séparé de la voie, les automobilistes peuvent mieux voir ce qui se passe. »

– Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal

À voir aussi