/world/europe
Navigation

Une «indemnité inflation» offerte à des millions de Français

Une «indemnité inflation» offerte à des millions de Français
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Trois ans après le début du mouvement des Gilets jaunes qui a bousculé le mandat d'Emmanuel Macron, son premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi une «indemnité inflation» de 100 euros (environ 144 dollars) pour la moitié des Français, afin de désamorcer la colère montante autour des prix record des carburants.

• À lire aussi: Le chef de gang menace de tuer les missionnaires otages en Haïti

Cette «sorte d'indemnisation de l'inflation» sera versée automatiquement, à partir de décembre, à chaque Français qui gagne moins de 2000 euros (environ 2900 dollars) net par mois, le salaire médian, soit à 38 millions de personnes au total, a annoncé le chef du gouvernement sur la chaîne de télévision TF1.

Il s'agit d'une mesure «qui se voit», a insisté le premier ministre.

Une «indemnité inflation» offerte à des millions de Français
AFP

Depuis le milieu de l'année, la France est touchée de plein fouet par la hausse des prix des carburants et du gaz. Une crise mondiale causée par une très forte demande, à laquelle les fournisseurs peinent à répondre. 

Huit Français sur dix ont une voiture, selon des statistiques officielles. 

À six mois de l'élection présidentielle, huit Français sur dix ayant une voiture, l'enjeu est d'empêcher le retour du mouvement social des Gilets jaunes. 

Ces manifestants majoritairement issus des classes modestes avaient protesté parfois violemment partout en France à l'automne 2018 et en 2019, contre la hausse des prix de l'essence alors liée à l'augmentation d'une taxe, avant de cibler la personnalité du président Macron, accusé d'arrogance ou de mépris.

Même s'il n'est pas encore officiellement candidat, le chef de l'État se présentera probablement à l'élection présidentielle du mois d'avril. Il misera notamment sur son bilan plutôt positif en matière d'emploi, mais ne peut se permettre de faire face à une nouvelle fronde populaire si près du scrutin.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avait assuré mercredi que l'exécutif voulait «protéger les Français, notamment ceux qui travaillent dur et prennent de plein fouet ces hausses», promettant des annonces «dans les prochains jours». 

Samedi, des manifestations sporadiques ont été organisées dans des zones rurales et des villes moyennes, les bastions des Gilets jaunes, exprimant de premiers signes de mécontentement. 

Le prix du diesel a bondi de 29% cette année et battu des records dimanche, à 1,5583 euro (2,2437 dollars) le litre. 

Une «indemnité inflation» offerte à des millions de Français
AFP

Le sans-plomb a lui crû de plus de 25% sur les 12 derniers mois et n'a jamais été aussi haut depuis dix ans, à 1,6567 euro (2,3875 dollars) le litre, juste sous le pic de 2012, selon des données officielles.  

Calcul électoral

Deux propositions étaient jusqu'ici évoquées: abaisser les taxes, responsables d'environ 50% du prix de l'essence à la pompe ou distribuer un chèque carburant, sur le modèle du chèque énergie déjà envoyé aux près de six millions de ménages les plus modestes.

La première avait l'avantage d'être rapide à mettre en place, mais elle aurait aussi été coûteuse pour les finances publiques : réduire les taxes d'un seul centime provoquerait une perte de 500 millions d'euros (719 millions de dollars), au moment où le gouvernement cherche à réduire ses dépenses, après avoir largement desserré les cordons de la bourse pour soutenir l'économie française au moment de la pandémie de COVID-19. 

Et pour le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, un tel dispositif est «injuste» parce qu'il touche de la même façon les classes aisées et modestes. Il s'agit aussi, estime-t-il, d'une «subvention à des carburants fossiles, précisément ce que le gouvernement veut éviter».

La seconde butait elle sur des difficultés de mise en œuvre. Car comme l'a souligné la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili: «nous ne disposons pas d'une base de données des gens qui ont besoin de leur voiture pour aller travailler». 

Jean Castex, qui avait déjà annoncé le 30 septembre le blocage du prix du gaz pour environ cinq millions d'abonnés pour faire face aux hausses constantes depuis des mois, a par ailleurs indiqué jeudi que ce blocage serait valable «tout le long de l'année 2022» et pas seulement jusqu'à avril 2022.

Pour Emmanuel Macron, qui reste le favori de l'élection présidentielle, répondre à cette crise énergétique est crucial, quand ses concurrents d'extrême droite monopolisent les thèmes de l'immigration, de l'islam et de l'identité. 

«Nous ne voulons pas que la hausse des prix de l'énergie, notamment du carburant, vienne annihiler toutes ces mesures (déjà prises en faveur du pouvoir d'achat, NDLR). Ce n'est pas encore le cas aujourd'hui, mais force est de constater que ces hausses grignotent ces efforts», a reconnu mercredi Gabriel Attal.