/finance
Navigation

Météorites: une fortune tombée du ciel

Coup d'oeil sur cet article

C’est le cas de le dire, les météorites ressemblent à une fortune tombée du ciel. Présentement, ces pierres intruses tombées de l’espace se vendent entre 1000$ et 5000$ sur des sites prisés des chasseurs de météores.

• À lire aussi: Les premières maisons des aînés prêtes en 2022

• À lire aussi: La Caisse de dépôt reprend des actions d’une filiale de la SNCF

Leur rareté crée un marché de plus en plus lucratif. Plusieurs Québécois tentent même de faire analyser des minéraux trouvés dans leur région afin de recevoir une somme pouvant monter jusque dans les... six chiffres!

Christian Page est un journaliste spécialisé dans le paranormal et l’insolite. Selon lui, le bureau d’astrophysique d’Ottawa a déboursé d’importantes sommes d’argent pour faire l’acquisition de météorites.

Comme tout objet de collection, c’est la rareté qui dicte la valeur d’un météore. Et comme c’est tendance dans l’exploration spatiale actuellement, mars a la cote.

Selon André Grandchamps, du Planétarium, les météorites martiennes basculent entre 800$ et 1000$ le gramme.

Capture d'écran TVA nouvelles

«Je vous le dis tout de suite, elles sont très rares!», prévient-il.

M. Grandchamps a raconté qu’un homme a fait la découverte de pierres mystérieuses sur une plage de Gaspésie.

«Il s’est rendu compte beaucoup plus tard qu’elles étaient des météorites.»

Selon le directeur du Planétarium, Olivier Hernandez, les citoyens appellent surtout pour des signalements lorsqu’ils voient un corps lumineux dans le ciel.

«Il y en a à peu près 20 ou 25 par an», raconte-t-il. 

Nouveauté au Planétarium, des caméras ont été installées pour repérer des météorites dans le ciel du Québec. Des formations seront aussi offertes.

Capture d'écran TVA nouvelles

Examens d’authenticité

Le journaliste Pierre-Olivier Zappa s’est rendu au Planétarium de Montréal pour faire analyser une pierre d’une téléspectatrice curieuse de savoir quelle en était la valeur. 

Deux examens sont alors menés : l’inspection à savoir s’il y a des trous. Si c’est le cas, c’est que le spécimen s’est formé dans un endroit où il y avait de l’air, infirmant l’hypothèse qu’il provient de l’espace.

Ensuite, parce que les météorites contiennent du fer, le test de l’aimant détermine si le minéral pourrait avoir des caractéristiques extraterrestres. Or, cette deuxième étape est aussi échouée.

Lorsqu’un corps étranger pénètre dans la stratosphère et amorce sa chute sur Terre, elle chauffe et une croûte noire se forge sur sa structure.

À VOIR AUSSI