/sports/opinion/columnists
Navigation

De Kinshasa à l’Olympia

Bloc boxe combat gants gant boxing gloves in ring
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Quand Mike Griffin, le grand arbitre international, est arrivé près du ring à L’Olympia, je me suis retrouvé en terre connue.

La rue Sainte-Catherine, le boulevard René-Lévesque et ses trous et ses cônes, rappellent les pires rues de l’Afrique noire. Sans parler d’Acadie, direction Métropolitain, qui est pire que toutes les ruelles d’Ouagadougou. 

Au moins, les maires de Kinshasa et d’Ouagadougou ne rient pas en parlant de l’état de leur ville.

C’est justement à Kinshasa que Griffin avait officié un de ses derniers grands championnats du monde. En janvier 2020.

Une petite escapade au Michigan pour Marie-Ève Dicaire pendant la pandémie et c’était le retour aux vraies affaires hier soir. La finale entre Oscar Rivas et Ryan Rozicki. 

Retrouver Mike Griffin, Jean Douville, Jean Langevin et les autres vétérans de la Régie des alcools, des courses et des jeux, m’a fait du bien. Si ce n’avait été des quatre hystériques de la même Régie qui faisaient la chasse aux mal masqués, on aurait été dans un monde idéal comme le désire Marc Bergevin.

Par ailleurs, deux protégés de Yan Pellerin se sont battus hier soir. On a senti l’influence de Saint-Jean-sur-Richelieu dans l’assistance. Le masque se portait sous le menton, les décolletés très bas. 

SÉBASTIEN BOUCHARD MALCHANCEUX

Rien de mieux qu’une salle comme L’Olympia pour parler au monde. Sébastien Bouchard est venu piquer une jase. Le matin même, il avait appris que son adversaire, le Mexicain Sergio Ortega avait été déclaré inapte à se battre. Une prise de sang a dépisté une maladie virale sérieuse. Ce n’est pas le sida. 

Mais Bouchard perdait une chance formidable de se battre devant les caméras de la télé américaine et d’être vu dans une quarantaine de pays. 

Maudite malchance qui lui colle au cul. Il y a deux ans, il s’est déchiré un biceps pendant un combat. Puis, les combats annulés se sont accumulés. Il y avait toujours quelque chose qui clochait.

La dernière fois, c’était le 28 août au stade IGA.

Hier, le réseau a payé sa bourse et Yvon Michel prévoit organiser un combat pour Sébastien le 10 décembre à Trois-Rivières.

Et la déception n’empêche pas Bouchard d’être toujours aussi affable et agréable.

KIM, MARIE-PIER ET RUSS ANBER

La place en ville. Kim Clavel s’est arrêtée. Je lui ai appris que le livre Raconte-moi qu’on devait lui consacrer, avait été retardée suite à la mort tragique de Jeanette Zacarias Zapata.

« C’est un drame qui a bouleversé les gens. Mais ça va être encore mieux quand on va reprendre le projet. J’aurai eu la chance de devenir championne du monde », a noté Kim.

Puis, Marie-Pier Houle a suivi. Malheureusement suivie de son conjoint. Marie-Pier est à l’entraînement au gym de Sainte-Adèle. Déjà en forme et remise de ses émotions. J’encourage Zachary à fréquenter le même gym.

Puis, Russ Anber, en bermuda, est arrivé de quelque part dans le monde. Il a eu le temps de me raconter sa dernière chicane avec Deontay Wilder et le moment précis de sa rupture avec l’ancien champion du monde. 

Quand j’aurai l’espace, je vous raconterai l’histoire.

DANS LE CALEPIN

Faut pas se décourager avec le Canadien. Répétez-vous que chaque défaite du CH vous rapproche d’une première victoire. C’est quand même songé pour un fefan.