/entertainment/shows
Navigation

Initier les jeunes aux médias d’information

Estelle Fournier
Photo courtoisie Estelle Fournier

Coup d'oeil sur cet article

N’allez pas dire à Estelle Fournier que les jeunes ne veulent pas s’informer et que l’actualité ne les intéresse pas. Pour l’adolescente de 16 ans qui anime la nouvelle série web Question d’actualité, de l’équipe de MAJ Radio-Canada, les décideurs de demain font les choses à leur façon et à leur rythme.

«C’est sûr qu’on ne va pas s’informer sur les mêmes sujets que les adultes; on va être moins portés à aller vers l’économie, disons. Mais il y a énormément de sujets qui nous intéressent, assure-t-elle. Les jeunes, on est informés et on va prendre action, on l’a vu dans les marches pour l’environnement. Mais on ne va pas s’informer de la même façon, non plus; on va plus aller vers les médias sociaux et les plateformes en ligne...»

Grande importance

Articulées autour de l’éducation aux médias d’information, les six capsules de Question d’actualité abordent chacune un sujet fort, qu’on pense au parcours d’une nouvelle, à la fiabilité des réseaux sociaux ou encore aux différents genres journalistiques.

«C’est vraiment pour intéresser les jeunes à l’actualité parce qu’on est plusieurs à vouloir s’informer, mais on a tellement de médias différents que c’est parfois difficile de se retrouver là-dedans, explique Estelle Fournier. Le but, c’est d’aider les jeunes à développer leur esprit critique, à donner leur opinion et à comprendre pourquoi c’est important de s’informer, ce que ça peut t’apporter en tant que jeune...»

Pour l’adolescente interpellée, notamment, par l’environnement, la justice sociale et la santé mentale, s’informer est primordial, même si on n’a pas encore l’âge de voter. 

Gare aux réseaux sociaux

Au fil des entrevues qu’elle a conduites, Estelle Fournier a grandement appris, notamment grâce à un ancien ingénieur de Google venu expliquer le fonctionnement de l’algorithme derrière le contenu du phénomène TikTok.

«J’ai compris que le contenu qu’on voyait sur les réseaux sociaux n’était pas là par hasard; nos intérêts sont ciblés. [...] On met uniquement des choses qui sont en accord avec nos valeurs, on ne va pas nécessairement voir les deux côtés de la médaille.»