/news/politics
Navigation

La moitié des maires du Québec élus par acclamation

Coup d'oeil sur cet article

À deux semaines des élections municipales, pas moins de 540 maires ont déjà été élus à travers le Québec.

• À lire aussi: Manquements à l’éthique: ces maires et conseillers méritent-ils encore votre confiance?

• À lire aussi: Manquements à l'éthique: des élus croient que le «système» est trop sévère

En effet, dans près de la moitié des municipalités de la province, les citoyens n’iront pas voter le 7 novembre, puisqu’il n’y a eu qu’une seule candidature à la mairie.

C’est notamment le cas à Joliette, Gaspé, Bois-des-Filion et McMasterville.

En entrevue à TVA Nouvelles, le maire de McMasterville, Martin Dulac, a affirmé que l’absence d’élections pouvait être bon signe dans certaines municipalités.

«Je pense que les gens ont compris que lorsque ça se passe bien dans une municipalité, que les services répondent aux attentes des citoyens et qu’il y a une bonne gestion financière, il n’y a pas lieu de changer une formule qui fonctionne bien», clame Martin Dulac.

Ce dernier admet néanmoins qu’il perçoit un certain désintérêt de la politique municipale chez de nombreux citoyens.

Selon certains experts, la faible rémunération peut également expliquer le manque de candidatures.

Dans de nombreuses municipalités, le maire ou la mairesse reçoit peu d’argent et il s’agit bien souvent d’un emploi à temps partiel.