/opinion/columnists
Navigation

L'éthique en politique ? Bof...

GEN-VOTE-MUNICIPAL-MONTREAL
Photo d'archives, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Comme vous pouvez le voir dans le dossier que Le Journal publie aujourd’hui, plusieurs candidats qui se présentent aux élections municipales ont l’éthique « élastique ».

Pour certains, un bon repas, c’est un « conflit » de canard et un « pot-de-vin ». 

Comme disait l’autre : « Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour la Ville, mais ce que la Ville peut faire pour vous ! »

Et plus particulièrement, pour votre compte de banque.

DEUX MODÈLES À SUIVRE

La Ville que je dirige a besoin de nouvelles toilettes ? Justement, je siège au CA d’une entreprise qui fabrique des bols de toilettes !

Tu parles d’un hasard, toi ! 

À force d’être assis une fesse dans le milieu de la politique et une fesse dans le monde des affaires, on ne sait plus où on loge.

Cela dit...

Est-ce si important que ça, l’éthique ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Regardez Justin : il s’est fait taper sur les doigts à plusieurs reprises par le commissaire à l’éthique...

Cela l’a-t-il empêché d’être réélu ?

Non. 

Il est retourné au Parlement en chantant : « Aga Khan, Khan, Khan/Pousse l’ananas et mouds l’café... » 

Et Jean Charest, vous l’avez entendu, cette semaine, faire l’apologie du régime chinois qui a pris en otage deux Canadiens ?

Vous pensez que notre ex-PM pense à l’éthique quand il se lève le matin ?

Non.

Il empoche les yuans que Huawei lui envoie et flatte le dragon chinois dans le sens des écailles. 

Et tant pis si le régime de Xi Jiping se fout des droits de la personne comme de son premier tank.

Les codes d’éthique sont faits pour être déchiquetés, barbouillés.

Mâchurés.

FAUT CE QU’IL FAUT !

Dans le monde des affaires, c’est la même chose.

Vous pensez que les patrons de SNC Lavalin ont hésité deux secondes avant de payer des prostituées au fils de Kadhafi ?

Ils ont passé plus de temps à se demander s’ils allaient louer les services d’une blonde avec des gros seins ou d’une brune avec des petits seins qu’à penser à la dimension éthique de leur geste. 

Ils se sont probablement dit : « Il faut ce qu’il faut pour décrocher des contrats. On n’attire pas les mouches avec un missel. »

Et puis, concernant la politique municipale, quelle personne d’envergure veut se présenter comme maire en 2021, avec toute la bouse qui macère dans les égouts que sont les médias sociaux ?

Alors on prend ce qui passe.

C’est-à-dire, trop souvent, le Wheeler dealer qui ne sait même pas ce que le mot « éthique » veut dire.