/misc
Navigation

Défaite contre les Carabins : Une bonne dose d’humilité

Le seul moment de réjouissance du Rouge et Or après le touché de Kevin Mital.
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Le seul moment de réjouissance du Rouge et Or après le touché de Kevin Mital.

Coup d'oeil sur cet article

Les visages étaient longs dans le vestiaire du Rouge et Or et ils ne laissaient aucun doute sur ce qui venait de se passer sur le terrain des Carabins.

• À lire aussi: Les Carabins bombardent le Rouge et Or et l’emportent 35-14

Le meilleur joueur offensif lavallois dans cette défaite, Kevin Mital, n’a pas mâché ses mots pour expliquer cette défaite. 

« Tout a mal été. C’est une domination complète dans les trois phases de jeu. Je donne crédit à Montréal. On va se préparer pour le prochain match et je suis certain qu’on va se revoir. »

Le porteur de ballon Vincent Breton-Robert, qui effectuait un retour au jeu pour le match, parlait de plusieurs erreurs d’affectation. Il était cependant convaincu de voir sa formation rebondir. 

Hassane Dosso capte une passe de Jonathan Sénécal pour le touché. Le receveur a terminé sa journée de travail avec 119 verges et un majeur.
Photo Agence QMI, Dominick Gravel
Hassane Dosso capte une passe de Jonathan Sénécal pour le touché. Le receveur a terminé sa journée de travail avec 119 verges et un majeur.

« On a fait plusieurs erreurs et c’est une leçon d’humilité qu’on vient de recevoir. Il faut cependant apprendre de cette défaite et en tirer du positif. On va revenir ici le couteau entre les dents et le feu dans les yeux. »

Mauvaise réaction

Le pilote lavallois, Glen Constantin, était du même avis que ses joueurs et ne voulait aucunement cacher la domination de la formation hôtesse. 

<strong>Glen Constantin</strong><br><em>Entraîneur-chef du Rouge et Or</em>
Photo Agence QMI, Simon Clark
Glen Constantin
Entraîneur-chef du Rouge et Or

« On a connu un bon début, mais on a vraiment mal répondu à l’adversité. Montréal a tiré avantage de la cadence silencieuse et ils ont joué un fort match. Jonathan Sénécal a changé l’allure de la rencontre avec sa capacité à étirer le jeu. On était souvent là sur sa première lecture, mais ça devenait difficile quand il achetait du temps, et leurs receveurs ont fait des gros attrapés. »

Pour Arnaud Desjardins, qui en était à son premier départ au CEPSUM, il n’était pas question de blâmer sa ligne à l’attaque pour la protection difficile en deuxième demie.

« Je dois me débarrasser du ballon plus rapidement. Ce n’est vraiment pas uniquement la faute de la ligne offensive. On a vraiment mal répondu à l’adversité tout simplement et la foule n’a pas été un facteur non plus. »

Un duo d’enfer

Si Jonathan Sénécal a profité de la visite du Rouge et Or pour montrer l’étendue de son talent, le receveur Hassane Dosso en a également fait voir de toutes les couleurs à la tertiaire lavalloise. Le produit des Filons de Thetford a terminé sa journée de travail avec 119 verges de gain et un touché, dont plusieurs attrapés contestés.

« Au début il y avait beaucoup de stress et on a échappé des ballons. Après on a fait les attrapés qu’il fallait faire. J’ai une bonne chimie avec Jonathan. On a une bonne cohésion en pratique et il me fait confiance. Il la place au bon endroit aussi », rigole le receveur tout sourire après la rencontre. 

Cependant, l’athlète de six pieds et 184 livres admet que son pivot a fait travailler différemment ses receveurs durant le match.

« Il a étiré plusieurs jeux et il a fallu improviser. On a des règles pour ça afin de revenir au ballon, mais on n’a pas souvent pratiqué ça. Il a été super aujourd’hui. C’est une grosse victoire parce qu’on s’assure de jouer le reste de nos matchs au CEPSUM et ce n’est jamais arrivé dans l’histoire des Carabins de gagner la coupe Dunsmore à la maison. »

Apprendre à courir

Pour le pivot montréalais, la chimie avec son receveur étoile est présente, mais pas seulement avec lui. 

« Je fais confiance à tous mes receveurs. Je préfère leur lancer le ballon plutôt que de courir avec. J’ai confiance qu’ils aillent chercher le ballon. Cependant, je pense que j’aurais eu avantage à courir un peu plus durant le match. Il y a encore beaucoup de choses à améliorer. »

Pour ce qui est de passer à l’histoire en devenant la première formation des Bleus à gagner la coupe Dunsmore à domicile, Sénécal avoue que c’est l’objectif.

« Ce n’est jamais arrivé et c’est l’objectif. C’est un avantage de jouer ici et c’était la première fois que je jouais devant une salle comble et j’ai vraiment aimé ça. Je ressentais beaucoup d’adrénaline. »


Les Carabins terminent leur calendrier régulier la semaine prochaine, en visitant les Redbirds au Stade Percival-Molson.