/entertainment/music
Navigation

Étienne Coppée: la naïveté du premier album

Étienne Coppée
Photo courtoisie, Jérémy Dionn Étienne Coppée lance son premier album complet quelques mois après avoir remporté les Francouvertes.

Coup d'oeil sur cet article

Tout semble bien aller pour Étienne Coppée. Quelques mois après avoir remporté les Francouvertes et que sa chanson Demain il fera beau se soit retrouvée dans la scène finale de l’émission M’entends-tu ? l’auteur-compositeur de 26 ans lance son premier album complet, Et on pleurera ensemble. Le Journal s’est entretenu avec lui.

• À lire aussi - Janette Bertrand: le long chemin de la réparation

Qu’avais-tu en tête quand tu as conçu cet album ?

« Ç’a été quelque chose de très naïf dans sa conception. Le EP [mini-album] que j’avais sorti il y a un an, j’avais travaillé avec quatre réalisateurs différents, parce que c’était la première fois que je rentrais en studio. Je voulais apprendre le métier d’aller en studio et de rencontrer d’autres univers. Je suis sorti de cette démarche-là en me disant que Simon [Kearney] et Salomé [Leclerc], si je les mettais ensemble, ils pourraient m’amener là où ma musique a envie d’aller. »

« On a bouclé le studio Dandurand durant quatre jours. Les deux premières journées, on n’a rien gardé. Tout s’est passé dans les deux dernières journées. Après, je suis reparti chez moi avec ça et pendant des mois, j’ai essayé de trouver comment ajouter des choses sans dénaturer ce qu’on avait fait en studio. C’est là que j’ai ajouté les arrangements de voix et du mellotron. »

Est-ce que ta victoire aux Francouvertes a changé quelque chose en travaillant sur cet album ?

« Non, parce qu’on l’a enregistré avant les Francouvertes. On l’a fait en septembre 2020 ! Je suis content que ça se soit passé de même. Un premier album, c’est quelque chose de gros pour un artiste. Cet album-là, je l’ai fait avant toute cette histoire des Francouvertes et avant que ma carrière commence un peu à lever. »

D’où vient le titre de l’album Et on pleurera ensemble ?

« C’est la dernière phrase de la chanson Rien de plus grand. Ça dit : “Et on pleurera, on pleurera, on pleurera encore des larmes de joies.” Je trouvais que cette phrase-là faisait un résumé global de l’album. J’ai vu ce disque vraiment comme un vinyle, avec une face A et une face B. Pour moi, la face A est beaucoup plus dans la nostalgie, dans la peine d’amour et la solitude. La face B a plus de lumière, je retrouve mes amis. [...] Ma musique est déjà associée à quelque chose d’émotionnel. Ce n’est pas comme si je prends pour acquis que les gens vont pleurer [en écoutant l’album]. Mais c’est plus une invitation. »

Parmi tes influences, on avait évoqué Harmonium et Bon Iver lors de ton passage aux Francouvertes. Est-ce que c’est toujours le cas sur cet album ?

« Oui, et on peut aussi ajouter les Beatles. J’ai eu une grosse passe Beatles pendant la pandémie. Je pense que chaque artiste a ses influences. Après, qu’est-ce que je veux aller chercher dans la musique de Bon Iver ? Ce n’est pas comme si j’écrivais une chanson avec une guitare qui ressemble à Skinny Love. Pour moi, ce n’est pas vraiment ça, avoir des inspirations. C’est plus dans les arrangements de Bon Iver, dans sa manière de chanter, dans la structure des chansons. C’est beaucoup là-dedans que je vais puiser. »

« Pour Harmonium, c’est le côté des paroles. Si tu les lisais sur un bout de papier, ça pourrait paraître super simple. Mais une fois mises en mélodie, on dirait qu’elles viennent raisonner. C’est le classique d’Harmonium, c’est la phrase qu’on répète et qu’on répète et qui prend de plus en plus de signification. Pour moi, la grosse inspiration d’Harmonium, c’est le côté très acoustique folk des années 1970. »

Comment vois-tu les prochaines années pour toi ?

« J’ai vu un documentaire sur Leonard Cohen dans lequel il disait que le succès, c’est de survivre [success is survival]. Je n’ai pas l’impression que je suis dans un one-hit wonder. J’écris des nouvelles chansons et je trouve déjà qu’elles sont meilleures que ce que j’ai composé. Ça me motive. Je me vois évoluer en tant qu’artiste. »


L’album d’Étienne Coppée, Et on pleurera ensemble, est présentement disponible. On peut aussi regarder le film musical au tinyurl.com/etiennecoppee. facebook.com/Etiennecoppee

Pochette de l’album Et on pleurera ensemble
Photo courtoisie
Pochette de l’album Et on pleurera ensemble

À VOIR AUSSI...