/opinion/columnists
Navigation

Choix difficiles pour Justin Trudeau

HEALTH-CORONAVIRUS/CANADA
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Il doit y avoir beaucoup de frénésie dans l’air en ce moment à Ottawa. Le jeu du téléphone est certainement déjà amorcé. Les députés et ministres du gouvernement libéral doivent être sur le qui-vive. Recevront-ils l’appel pour l’immense privilège de faire partie du nouveau cabinet ministériel de Justin Trudeau ? Et si oui, que se feront-ils offrir ?

Le suspense prendra fin demain, mais d’ici à ce que les nouveaux ministres soient assermentés, il est encore permis de spéculer. La grande question est de savoir si le Québec fera des gains autour de la table des ministres. Ceux qui sont là actuellement seront-ils assermentés de nouveau ?

Un cabinet toujours plus gros

Il est très rare qu’un premier ministre diminue la taille de son cabinet lors d’un remaniement majeur ou lors d’une réélection. Les cabinets ont plus tendance à prendre de l’ampleur au fil du temps afin d’amener de nouveaux visages, sans toutefois montrer la sortie à des ministres qui pourraient être démotivés en retournant sur les banquettes arrière.

C’est d’ailleurs ce que nous pouvons constater depuis l’arrivée de Justin Trudeau. Ils étaient 31 autour de la prestigieuse table en 2015 et 36 lors du dernier remaniement en janvier dernier. Le poids du Québec a aussi augmenté au sein du cabinet. Évidemment, on ne s’en plaindra pas. Il représentait 23 % en 2015 avec sept ministres incluant le PM, alors qu’il était de 31 % pour 11 ministres en 2021.

Bien sûr, le Québec en voudrait toujours plus et je ne serais pas surprise que nous ayons au moins une femme ministre de plus. Bâtir un conseil des ministres, ce n’est pas une mince tâche. Il faut tenter de trouver un équilibre à plein de niveaux. Justin Trudeau doit s’assurer d’avoir une belle répartition de ministres sur l’ensemble du territoire, des profils différents, complémentaires, maintenir la parité hommes-femmes et un équilibre entre les vieux routiers et la relève.

Du sang neuf à la Défense

J’espère sincèrement qu’il apportera du sang neuf au ministère de la Défense nationale. Reconduire Harjit Sajjan dans ses fonctions serait une grave erreur. Ce ministre a perdu l’autorité morale de mener le combat contre les agressions sexuelles au sein des Forces armées canadiennes. Justin Trudeau a déjà été beaucoup trop patient envers lui. Dans le contexte, je pense qu’une femme inspirerait davantage confiance.

J’aimerais aussi qu’il permette à Mélanie Joly de poursuivre dans ses fonctions actuelles pour rendre à terme son projet de modernisation de la Loi sur les langues officielles. Elle a très bien manœuvré dans le dossier et elle a été convaincante. Avec l’étude du projet de loi 96 de Simon Jolin-Barrette sur la réforme de la loi 101, ce dossier n’a pas fini de faire les manchettes. Le fédéral doit avoir une porte-parole solide s’il ne veut pas laisser toute la place médiatique au gouvernement Legault.

Alors qu’il amorce un troisième mandat, le premier ministre du Canada doit faire preuve d’audace, montrer qu’il sait se renouveler, et, pourquoi pas, surprendre ? Il doit aussi faire preuve d’un leadership rassembleur pour réussir à se départir des éléments faibles qui le font mal paraître, sans trop soulever de critiques et de grogne à l’intérieur du caucus. 

À suivre !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.