/world
Navigation

COP26 : la crise climatique, risque pour la survie de l’espèce, alertent les gynécologues-obstétriciens

Coup d'oeil sur cet article

Quelques jours avant le début de la COP26, à Glasgow, la principale organisation internationale de gynécologues-obstétriciens lance un appel à « agir maintenant », la crise climatique mettant, selon eux, en danger l’espèce humaine. 

• À lire aussi: L'annonce saoudienne de neutralité carbone laisse perplexes des experts

• À lire aussi: Climat: la Chine veut limiter à moins de 20% l’usage des énergies fossiles d’ici 2060

La Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (Figo) — qui représente des centaines de milliers de praticiens de la santé maternelle et infantile dans plus de 130 pays à travers le monde — souligne l’impact de la crise climatique sur la reproduction humaine. 

Dans un article publié en ligne dans l’« International Journal of Gynecology and Obstetrics », les auteurs soutiennent que cette crise est devenue « une urgence de santé publique qui affecte de manière disproportionnée les personnes enceintes, les enfants, les personnes issues de communautés défavorisées et marginalisées, les personnes de couleur et la reproduction humaine ». 

« Le changement climatique peut également aggraver les soins prodigués tout au long de la grossesse et de la maternité, ainsi que l’issue des grossesses dans les pays déjà à faibles ressources », estiment-ils.

Ainsi, l’exposition à la chaleur et à la pollution de l’air pendant la grossesse provoque « des risques accrus de mortinatalité, de faible poids à la naissance et de naissances prématurées, et une augmentation significative du risque d’anomalies congénitales fœtales », indique l’article. 

Les auteurs détaillent également les risques accrus que les catastrophes naturelles telles que les inondations et les ouragans représentent pour les femmes, les enfants et les personnes enceintes, y compris une exposition plus élevée aux polluants nocifs et aux produits chimiques. Avec une augmentation du risque d’hypertension chez les femmes enceintes, de dépression ou de pré-éclampsie.

Les combustibles fossiles, le pétrole et le gaz naturel sont utilisés pour la fabrication de produits qui peuvent perturber le système endocrinien, ajoutent-ils.

« La production de ces produits chimiques n’a cessé d’augmenter depuis les années 1950 et correspond à une augmentation spectaculaire des problèmes de santé affectant les femmes et leurs familles, tels que le diabète, les problèmes de fertilité, le cancer et les troubles neurologiques », soutient l’article.

Climat : l’objectif de 100 milliards de dollars pour les pays pauvres atteignable en 2023, selon la COP26 

Les organisateurs de la COP26 ont assuré lundi pouvoir atteindre en 2023, avec trois ans de retard, l’objectif de 100 milliards de dollars annuels d’aide des pays riches, gros pollueurs, aux pays pauvres pour les aider à faire face à la crise climatique.

Les dernières analyses des engagements financiers « permettent de penser que (l’objectif) serait atteint en 2023 » et dépassé les années suivantes, selon un rapport publié par la présidence britannique à six jours du lancement de la conférence de l’ONU à Glasgow, en Écosse.

En 2009, à la Conférence climat de Copenhague, les pays riches s’étaient engagés à porter à 100 milliards de dollars par an en 2020 l’aide aux pays du sud pour la lutte contre les changements climatiques (mesures d’adaptation et de réduction des émissions). Dix ans plus tard, ils en sont loin : l’aide n’atteignait que 79,6 milliards en 2019, selon les derniers chiffres publiés en septembre par l’OCDE. 

Cette promesse non tenue des pays riches fait partie des questions clés qui minent les préparatifs de la COP.

Si les chiffres pour 2020 ne sont pas encore disponibles, « l’objectif a été presque certainement manqué », a concédé le président de la COP26, Alok Sharma, lors d’une déclaration par visioconférence pour présenter le rapport, qui détaille les moyens d’y arriver.

« Le travail continue, mais nous avons atteint une étape importante qui permettra, je l’espère, de rétablir la confiance et de créer un élan dans cette dernière ligne droite avant la COP26 », a-t-il insisté.

Le rapport est le résultat d’un travail confié au Canada et à l’Allemagne pour proposer un plan de financement d’ici à l’ouverture de la COP26.

Il se base aussi sur les analyses menées par l’OCDE, prenant en compte les derniers engagements et les attentes de financements de la part des banques multilatérales de développement.

S’exprimant après M. Sharma, le secrétaire d’État allemand à l’Environnement Jochen Flasbarth a estimé que le plan publié était « essentiel pour créer la confiance ». « Les financements sur le climat du nord vers le sud n’ont rien à voir avec de la générosité, c’est une part intégrale et essentielle d’une politique mondiale », a-t-il insisté.

Si cet objectif reste très symbolique, de nombreux acteurs et experts le jugent désormais largement insuffisant, alors que les effets du réchauffement s’accélèrent avec la recrudescence catastrophique de sécheresses, incendies géants, ouragans, inondations...

« 100 milliards ne répondent pas aux besoins », a estimé lundi Christiana Figueres, responsable climat de l’ONU pendant la COP21, saluant néanmoins un signe de « bonne volonté de la part des pays du Nord ».

L’Institut international pour l’environnement et le développement (IIED) s’est félicité de son côté que le plan publié « transforme enfin des mots en actes » : « Cela va contribuer à mettre la COP26 sur les rails ».

Lors de la COP26, le gouvernement britannique espère persuader quelque 200 pays de faire davantage pour réduire leurs émissions dans l’espoir de parvenir à contenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle, seuil ambitieux fixé en 2015 par les accords de Paris.

À VOIR AUSSI :  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.