/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le cirque ECR

Le cirque ECR
Photo AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

À l’hiver 2020, le ministère de l’Éducation a mené une vaste consultation publique à propos de la refonte du cours Éthique et culture religieuse (ECR). Les résultats n’ont jamais été dévoilés. Théoriquement, le rapport des consultations devrait nous indiquer clairement les enjeux relevés par les experts, les groupes de travail et les mémoires.

Comme le mystérieux rapport reste introuvable, il est difficile de ne pas voir d’intentions idéologiques dans ce qui a été présenté hier lors de la conférence de presse – digne d’une pièce d’un théâtre d’été – du ministre Roberge. On semblait assister à une instrumentalisation politique d’un contenu scolaire.

À la suite de l’événement, j’ai échangé avec quelques amis afin de connaître leur appréciation de la performance jouée devant eux par ce beau dimanche automnal. Dans la foulée, j’ai lu une multitude de commentaires sur les réseaux sociaux de profs bien intentionnés qui se demandaient, à raison, où ils pouvaient consulter ce nouveau programme annoncé en grande pompe.

Malheureusement, certains de mes collègues ne réalisaient pas (imaginez la population!) que nous venions d’assister à un «show de boucane» piloté par l’équipe des communications du ministre. D’ailleurs, aucun professionnel de l’éducation n’était présent pour valider le bien-fondé de cette nouvelle mouture: à croire que l’équipe des programmes au ministère de l’Éducation venait de recevoir en direct la commande politique du contenu à insérer dans ledit programme... avec, en prime, une belle vidéo mettant en vedette une brochette de députés qui leur prescrivaient le contenu.

Misère.

Pour le gouvernement, un panel de trois artistes était important pour nous convaincre de la pertinence du choix des axes pour le nouveau cours... Mais pas les enseignantes et les enseignants qui les vivent déjà au quotidien avec nos jeunes.

Elle est où la valorisation de la profession? Il est où le respect, si on ne daigne même pas impliquer les profs dans une annonce si importante?

Sachant que le ministère de l’Éducation a récemment mené une consultation intitulée Stratégie visant à valoriser, à attirer et à mobiliser le personnel scolaire, il est pour le moins paradoxal d’assister à une telle manœuvre.

Bref, le cirque ECR est énième preuve que les enseignantes et les enseignants du Québec doivent se créer une véritable association professionnelle afin d’être en contrôle – du moins en grande partie – de ce qui se passe ou se passera sur le terrain du point de vue pédagogique.

Plutôt que de nous faire organiser, le temps est venu de nous organiser.