/finance
Navigation

Retour du baseball à Montréal: un message est lancé aux Rays

La Fédération canadienne des contribuables a placé un panneau publicitaire près du Tropicana Field

Cette affiche numérique a été achetée par la Fédération canadienne des contribuables afin d'être diffusée près du stade des Rays de Tampa Bay.
Photo Courtoisie, Fédération canadienne des contribuables Cette affiche numérique a été achetée par la Fédération canadienne des contribuables afin d'être diffusée près du stade des Rays de Tampa Bay.

Coup d'oeil sur cet article

Les contribuables québécois ne souhaitent pas payer un sou pour la construction d’un stade de baseball à Montréal, selon la Fédération canadienne des contribuables. 

• À lire aussi: Les Cardinals auraient un nouveau gérant

• À lire aussi: Encore plus de baseball à TVA Sports!

L’organisme sans but lucratif a lancé un message clair aux Rays de Tampa Bay dans les derniers jours. Elle s’est payé une publicité grand format à proximité du Tropicana Field, domicile de la formation du baseball majeur. 

« Chers Rays, Montréal ne paiera pas pour votre nouveau stade. Cordialement, les contribuables », est-il écrit sur le panneau. 

La Fédération canadienne des contribuables (FCC) a souhaité rebondir sur une idée du propriétaire des Rays, Stuart Sternberg. 

L’homme d’affaires souhaitait installer une banderole au champ extérieur afin de faire la promotion de la garde partagée durant les éliminatoires de son équipe. Devant la levée de boucliers au sein de sa communauté, il avait abandonné son projet. 

« On aimerait aussi que les Rays jouent à Montréal, mais on veut juste s’assurer que ça ne coûte pas un sou aux contribuables, a indiqué le porte-parole de la FCC Québec, Renaud Brossard. Ça fait un mois environ que je travaille sur l’idée. 

« On a fait une collecte de fonds auprès de nos supporters pour le financement de l’installation de ce panneau publicitaire. On est très contents des résultats jusqu’à présent. »

Renaud Brossard, porte-parole de la Fédération canadienne des contribuables, pose devant un panneau publicitaire près du stade des Rays de Tampa Bay, en Floride.
Photo courtoisie
Renaud Brossard, porte-parole de la Fédération canadienne des contribuables, pose devant un panneau publicitaire près du stade des Rays de Tampa Bay, en Floride.

Une pétition

Les actions de la FCC ne s’arrêtent pas seulement à ce coup d’éclat. Elle a également lancé une pétition en ligne qu’elle a l’intention de remettre au gouvernement provincial dans les prochains mois. 

« On s’adresse au premier ministre François Legault et au ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon pour qu’ils évitent d’investir l’argent des contribuables dans un nouveau stade, a précisé M. Brossard. Du côté des Rays, si l’équipe souhaite venir à Montréal, c’est tant mieux. 

« Cependant, on ne veut pas qu’elle traite le portefeuille des contribuables québécois comme un bar ouvert. »

Lancée en mars dernier, la pétition a récolté environ 15 000 noms jusqu’à maintenant. 

« On n’a pas vraiment d’objectifs en termes de nombre. On souhaite en avoir le plus possible, a ajouté M. Brossard. L’objectif est de dire à M. Fitzgibbon qu’il n’y a pas d’acceptabilité pour une subvention pour le retour du baseball. » 

Coderre persiste et signe

Le candidat à la mairie de Montréal, Denis Coderre, a continué d’adopter la même ligne de pensée lorsqu’il a été mis au courant de l’initiative de la FCC. 

Selon lui, le retour des ligues majeures dans la métropole québécoise ne doit pas passer avant d’autres enjeux plus épineux actuellement à ses yeux.

« Nous ne sommes pas contre le retour du baseball à Montréal, a-t-il répondu par message texte à l’Agence QMI. Toutefois, entre la relance économique postpandémie, la sécurité, les changements climatiques et la crise du logement, le retour du baseball n’est pas une priorité pour Montréal. 

« Nous allons laisser le soin à l’organisation des Rays de négocier avec les investisseurs et le gouvernement du Québec. »

À VOIR AUSSI