/news/politics
Navigation

Bisbille chez les libéraux sur Twitter: la cheffe Dominique Anglade forcée d'intervenir

Quebec
Photo d’archives La cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade

Coup d'oeil sur cet article

Une attaque de la porte-parole en santé Marie Montpetit qui vise son collègue Gaétan Barrette sur Twitter a forcé la cheffe du Parti libéral à tenir un caucus spécial afin de rétablir l’ordre au sein des troupes.

«La cheffe a mis les points sur les i, le respect est une valeur fondamentale, il n’y aura aucun passe-droit», a mentionné Jeremy Ghio, le directeur des communications de Dominique Anglade. 

  • Écoutez la rencontre Foisy-Robitaille avec Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

La porte-parole en santé a reproché à Gaétan Barrette, sur Twitter, d’écrire un gazouillis aussi «peu productif que l’attitude autoritaire» du «premier ministre Legault» dans le dossier des médecins de famille.     

Selon une source à l’interne, on juge que le geste de Marie Montpetit est inacceptable dans les rangs libéraux.  

L’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette s'est attaqué mardi au président de la Fédération des médecins omnipraticiens sur le réseau social Twitter. 

Le député libéral Gaétan Barrette
Photo d'archives
Le député libéral Gaétan Barrette

«Entendu toutes les entrevues du Dr Godin. Il prononce les mêmes mots qu'en 2015 quand il s'était engagé à inscrire 85% de la population et faire passer ses membres à l'accès adapté [...] Ne le croyez pas!» a-t-il écrit.  

À cette époque, Gaétan Barrette faisait adopter la loi 20, qui prévoyait des pénalités financières allant jusqu'à 30% du salaire des médecins s'ils ne prenaient pas un nombre assez important de patients.  

La porte-parole en matière de santé dans l’opposition libérale, Marie Montpetit, a répondu au tweet de son collègue en le rabrouant. 

La députée libérale Marie Montpetit
Photo d'archives
La députée libérale Marie Montpetit

«On gagnerait tous à un changement de ton envers les professionnels de la santé qui portent le réseau à bout de bras depuis le début de la pandémie», a-t-elle ajouté.  

Joint par notre Bureau parlementaire, Gaétan Barrette a refusé de commenter la sortie de sa collègue libérale.   

Lundi, Le Journal relatait que l’ex-ministre souhaitait que François Legault réussisse à forcer les médecins de famille à prendre en charge plus de patients.  

Le geste de Montpetit ne resterait toutefois pas impuni, dit-on dans les rangs libéraux.  

Deuxième acte

Déjà, lors du caucus de la rentrée en septembre dernier, l’ex-ministre avait provoqué beaucoup de remous au sein de la troupe libérale, en affirmant, devant les journalistes, qu’il aimerait redevenir ministre de la Santé après l’élection.  

Sa cheffe, Dominique Anglade, avait réagi en déclarant qu'elle avait «une excellente porte-parole qui s’appelle Marie Montpetit à la Santé.»  

Dominique Anglade ainsi que Marie Montpetit siégeaient tous les deux au Conseil des ministres lorsque le gouvernement Couillard a fait adopter la loi 20.   

Mercredi, la cheffe libérale a pourtant refusé d’appuyer fermement l'application des pénalités financières prévues pour les médecins qui ne respectaient pas la loi qu’elle avait elle-même appuyée.   

«Toutes les options sont sur la table, mais il faut qu'il y ait une approche où les gens se sentent interpellés par le travail. On n'a plus le luxe maintenant d'avoir des gens qui ne font pas partie de la solution», a-t-elle plaidé.  

La porte-parole en matière de Santé, Marie Montpetit, est quant à elle partie en tournée dans le Bas-Saint-Laurent, alors que le débat fait rage à l’Assemblée nationale sur la question des médecins de famille.