/portemonnaie
Navigation

Ce n'est pas le temps de se lancer en affaires au Québec, selon des propriétaires de PME

Money loss in Coronavirus COVID-19 crisis, entrepreneur or company cannot pay for debt and bankruptcy concept, poor depressed businessman standing with calculator negative numbers and virus pathogen.
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez envie de démarrer votre première entreprise avec vos économies réalisées pendant la pandémie? Ce n’est peut-être pas le moment idéal, et ce, même en pleine reprise économique. Au Québec, trois propriétaires de PME sur cinq ne recommandent pas de se lancer dans l'aventure.

• À lire aussi: Ils ont trouvé le village parfait pour faire fleurir leur entreprise

•À lire aussi: Ils ont lancé leur entreprise aux Îles en misant sur la culture des sports nautiques

La pénurie de main-d’œuvre est la raison principale pour laquelle les entrepreneurs ne vous recommandent pas de faire le saut en entrepreneuriat, révèle un sondage réalisé par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) auprès de 548 de ses membres entre le 9 et le 27 septembre.

Outre la pénurie de main-d’œuvre, les problèmes de logistique, le stress lié à la pandémie et le fardeau administratif sont déplorés par les entrepreneurs.

Cinq raisons pour lesquelles on ne recommande pas de se lancer en affaires en ce moment 

  • Pénurie de main-d’œuvre (90%)  
  • Les problèmes de logistique: les retards dans la chaîne d’approvisionnement ou le manque de stock (59%) 
  • La pandémie est extrêmement stressante (45%) 
  • Le fardeau administratif est trop lourd (41%)  
  • Les taxes et impôts sont trop élevés (34%)  

Vers une pénurie d’entrepreneurs?

François Vincent
Photo courtoisie
François Vincent

Selon François Vincent, vice-président Québec à la FCEI, le Québec pourrait connaître une pénurie d’entrepreneurs si la pénurie de main-d’œuvre s’accentue.

Des mesures doivent être prises par le gouvernement afin de répondre aux «attentes des PME de tous les secteurs d’activités qui sont frappés. Sans cela, au Québec, on risque de se retrouver face à une pénurie de main-d’œuvre avec, en plus, une pénurie d’entrepreneurs», s’inquiète-t-il.

Pour remédier à la situation, François Vincent propose diverses solutions, comme la diminution des taxes et impôts des PME et la bonification des crédits d’impôts pour entreprises. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.