/news/currentevents
Navigation

Ado tué dans un délit de fuite: «Au moins la justice sera faite»

Des proches d’un ado victime d’un délit de fuite mortel sont soulagés de l’arrestation d’un suspect, mercredi

Coup d'oeil sur cet article

Après s’être improvisés détectives pour retrouver celui qui avait happé leur ami, des proches de l’adolescent de 16 ans victime d’un délit de fuite mortel le mois dernier à Saint-Lin-Laurentides se réjouissent de l’arrestation du présumé chauffard, mercredi. 

• À lire aussi: Show de boucane pour un piéton tué

• À lire aussi: Qui a pu tuer cet ado et se sauver?

• À lire aussi: Saint-Lin–Laurentides: des vérifications en cours pour la collision qui a coûté la vie à un adolescent

« On avait de gros doutes, tout pointait vers lui », lance Samuel Harnois-Laliberté, l’un des meilleurs amis d’Émile Martineau, lâchement abandonné en bordure de la route 335, dans Lanaudière, le 29 septembre.

« On comprenait que les enquêteurs devaient prendre le temps de bien faire les choses. Vaut mieux trouver la bonne personne que de vouloir aller trop vite et bâcler le travail », dit le jeune homme qui, affecté par la perte soudaine de son copain, a tenté d’aider les policiers.

« J’ai refait le trajet à la marche, j’ai cogné aux portes, demandé à tout le monde qui semblait avoir une caméra de vérifier leurs images et de les transmettre aux policiers », raconte Samuel. 

Escorté, Derick Pimparé a été embarqué dans un véhicule banalisé de la Sûreté du Québec en fin de journée, mercredi, pour être conduit à la prison de Saint-Jérôme.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Escorté, Derick Pimparé a été embarqué dans un véhicule banalisé de la Sûreté du Québec en fin de journée, mercredi, pour être conduit à la prison de Saint-Jérôme.

C’était sa façon d’entamer son deuil et de se sentir utile à travers ce drame incompréhensible. 

Pendant ce temps, les limiers de la Sûreté du Québec (SQ) poursuivaient leur tâche. Au terme de près d’un mois d’enquête, ils ont été en mesure d’épingler mercredi Derick Pimparé, 21 ans.    

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :    

Son bébé de 3 mois dans le véhicule

Tout indique que l’homme, qui vit à 150 mètres du lieu de la collision, rentrait chez lui après un souper avec son père à Joliette lorsqu’il aurait happé mortellement Émile Martineau, qui marchait sur le bord de la route. Son bébé de 3 mois était également dans le véhicule. Pimparé se serait ensuite enfui, ignorant l’adolescent gisant inanimé sur l’accotement.

Les enquêteurs ont retrouvé sa camionnette quelques jours plus tard dans le même secteur. 

Elle a été remorquée, puis passée au peigne fin par les experts en reconstitution. 

Photo d'archives Agence QMI, Pascal Girard

« Les policiers avaient un grand défi devant eux, lance Pierre Bellemare, un spécialiste en reconstitution de scènes de collision à la retraite. Ça complexifie énormément le travail quand le véhicule n’est plus sur les lieux. »    

  • Écoutez la chronique judiciaire à l’ex-juge de Nicole Gibeault à QUB radio:   

Camouflage et possible complice

Qui plus est, Pimparé aurait effectué des travaux sur sa camionnette dans les heures qui ont suivi l’accident mortel afin de camoufler les dommages au parechoc. Il aurait possiblement bénéficié de l’aide d’un ami afin d’y parvenir.  

Le jeune père a été accusé de délit de fuite mortel et d’entrave à la justice en incitant un témoin à fournir un faux témoignage, mercredi, au palais de justice de Joliette. 

Émile Martineau, 16 ans, a été victime d’un délit de fuite mortel le 29 septembre, dans Lanaudière.
Photo tirée de Facebook
Émile Martineau, 16 ans, a été victime d’un délit de fuite mortel le 29 septembre, dans Lanaudière.

Vêtu d’un chandail à capuchon noir, le blondinet a semblé fatigué et préoccupé pendant sa comparution. Il demeurera détenu en attendant la suite des procédures.  

Il lui est également interdit de communiquer avec quelques-uns de ses meilleurs amis, dont Hugo Dalpé-Hébert, 20 ans. Ce dernier a été interrogé mercredi et libéré sur promesse de comparaître. Il pourrait être accusé de complicité après le fait, selon la SQ.

Un petit baume

L’inculpation de Pimparé en a réjoui plus d’un à Saint-Lin–Laurentides, où le souvenir de la victime reste vif, comme en témoigne l’amoncellement de toutous toujours présents sur la scène.

« C’est un immense soulagement pour nous tous aujourd’hui [mercredi], lance Arianne Méthot, une amie d’enfance. Je connaissais Émile, mais je connais aussi la famille Pimparé. Ça fait bizarre de connaître les personnes impliquées. Ce n’est pas pardonnable, mais ça apporte un petit baume. »

Près d’un mois après le drame, des fleurs et des toutous sont encore visibles à l’endroit où l’adolescent est mort.
Photo Roxane Trudel
Près d’un mois après le drame, des fleurs et des toutous sont encore visibles à l’endroit où l’adolescent est mort.

« Ça ne ramènera pas Émile, mais au moins la justice sera faite !!! Émile mérite que le coupable soit derrière les barreaux et nous, on va pouvoir commencer à faire le deuil », a écrit la belle-mère de l’adolescent à notre collègue Yves Poirier, de TVA Nouvelles.

–Avec Roxane Trudel

À VOIR AUSSI...