/finance
Navigation

Une hausse «importante» du salaire minimum à venir, selon Québec

Une hausse «importante» du salaire minimum à venir, selon Québec
Photo d'archives Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Poussé par la hausse du salaire moyen, le salaire minimum est à la veille de connaître «une hausse importante», mais l’établir à 20$ l’heure créerait un «choc économique important», croit le ministre du Travail, Jean Boulet.

• À lire aussi: Le salaire minimum est-il trop bas au Québec?

• À lire aussi: Le Conseil du patronat ouvert à une hausse du salaire minimum 

  • Écoutez l'entrevue avec Luc Godbout, titulaire de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, sur QUB radio: 

Il a réagi ainsi mercredi aux récents propos du président du conseil d’administration de Cogeco, Louis Audet, qui souhaite que le salaire minimum soit augmenté de façon significative, à 20$ l’heure, afin de diminuer les inégalités sociales.

Le salaire minimum a été fixé à 13,50 $ l’heure le 1er mai dernier, en augmentation de 3,1%. La cible du gouvernement est de respecter un ratio de 50% entre le salaire minimum et le salaire horaire moyen au Québec.

Environ 287 000 personnes avaient alors bénéficié de cette augmentation.

«Évidemment, avec la pénurie de main-d’œuvre, ça fait une pression à la hausse sur le salaire [moyen] et, donc, il y aura certainement une hausse importante du salaire minimum en tenant compte de cet environnement-là», a donc indiqué le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, mercredi.

Mais l’augmenter d’un coup au-delà de la cible de 50% du salaire moyen entraînerait «vraisemblablement des mises à pied, des licenciements et l’impact sur le décrochage scolaire pourrait quand même aussi être important», ajoute-t-il.

Le ministre se défend toutefois de faire de la résistance.

«Mais de passer de 13,50$ l’heure à 20$ l’heure, ça aurait des effets économiques qu’on n’est pas en mesure de gérer actuellement», a-t-il dit.

Questionné à savoir s’il était possible de vivre convenablement en gagnant 14$ de l’heure, par exemple, Jean Boulet a refusé de se prononcer.

«Ça dépend de chaque personne et ça dépend des circonstances, mais n’oubliez pas qu’il faut aussi tenir compte du revenu disponible et le filet social au Québec est particulièrement bien développé», a-t-il affirmé.

À VOIR AUSSI