/qubradio
Navigation

Accès aux médecins de famille: Legault se trompe de diagnostic, selon une médecin

Medical consultation at clinic
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La présidente de Médecins québécois pour un régime public, Isabelle Larose, estime que le premier ministre du Québec, François Legault, se trompe de diagnostic en se «focalisant sur les médecins de famille» dans les négociations avec la Fédération des omnipraticiens du Québec (FMOQ) pour convaincre ses membres de prendre plus de patients.

• À lire aussi: Prise en charge de patients: 1500 médecins dans la mire de Québec

• À lire aussi: Mère d’un jeune handicapé, une médecin devra partir si Legault la force à prendre plus de patients

«Oui, il y a certainement des médecins qui pourraient travailler un peu plus, mais la vérité c’est que les patients n’ont pas le bon service», a lancé Isabelle Larose au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio, jeudi.

«Ca fait des années qu’on se focalise sur le fait que tout le monde doit avoir un médecin de famille, mais on peut peut-être se dire que tout le monde doit avoir accès aux soins. [...] Il faut arrêter de focaliser sur [le fait que] les médecins doivent en faire plus, parce que les médecins sont au bord du burn-out» a ajouté Mme Larose qui est médecin de famille à l’UMF Saint-Mary de Montréal.

Alors que plus de 800 000 Québécois n’ont pas de médecins de famille, elle estime que ces derniers ne sont pas les seuls à pouvoir donner un service de soins en première ligne.

«Peut-être que des cliniques multidisciplinaires, les pharmaciens, les infirmières et les infirmières-praticiennes, il y a plein d’autre monde qui peuvent aider à prendre soins de la santé des Québécois», a souligné Mme Larose en ajoutant qu’il faut aussi augmenter le nombre d’étudiants dans les facultés de médecine et avoir une réflexion en profondeur sur l’organisation et les tâches des travailleurs de la santé.

La Fédération doit se moderniser

Alors que des négociations sont en cours entre le gouvernement Legault et la Fédération des omnipraticiens du Québec (FMOQ), la présidente de Médecins québécois pour un régime public déplore que cette dernière «ne nous concerte pas beaucoup».

«Je n’ai pas l’impression qu’on est nécessairement écoutés ou qu’on a notre mot à dire dans les négociations. En fait, c’est très obscur pour nous aussi, a-elle expliqué. On sait qu’il y a des négociations en ce moment entre la FMOQ et François Legault, c’est pour ça qu’on voit le genre d’attitude un peu d’intimidation des derniers jours, mais sérieux, on ne sait pas ce qui se négocie. On n’est pas au fait de ce qui se passe.»

«Il y a certainement une modernisation à faire», a estimé la médecin de famille.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.