/finance
Navigation

Les agriculteurs québécois en colère contre Service Canada

Ils estiment même que la sécurité alimentaire pourrait être menacée

Marcel Groleau
Francis Halin Marcel Groleau

Coup d'oeil sur cet article

Ratés informatiques de Service Canada, retards dans le traitement des dossiers... les agriculteurs québécois craignent que les 17 000 travailleurs étrangers temporaires n’arrivent pas à temps.  

Ils exigent que le premier ministre Justin Trudeau mettre sur pied une cellule de crise.

C’est ce qu’ont dénoncé jeudi matin l'Union des producteurs agricoles (UPA), l'Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ) et la Fondation des entreprises en recrutement de main-d'œuvre agricole étrangère (FERME), au siège social de l'UPA, à Longueuil, jeudi matin.

Pire encore l’inaction des instances gouvernementales mettrait en danger la sécurité alimentaire des Canadiennes et des Canadiens s’il en vient à manquer la main-d’œuvre essentielle. 

« Les ratés informatiques qu’éprouve Service Canada (SC) depuis plusieurs mois mettent en péril la présence au pays d’une main-d’œuvre essentielle à la sécurité alimentaire des Canadiennes et des Canadiens. Une intervention immédiate de M. Trudeau est requise pour éviter une catastrophe », ont déclaré le président de l’UPA, Marcel Groleau, le président de l’AMPQ, Sylvain Terrault, et le président du conseil d’administration de FERME, Martin Gibouleau.

  • Écoutez l'entrevue de Marcel Groleau avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Sylvain Terrault, et le président du conseil d’administration de FERME
Francis Halin
Sylvain Terrault, et le président du conseil d’administration de FERME

-D’autres détails suivront.

À VOIR AUSSI...