/news/education
Navigation

Roberge opposé à l’interdiction des costumes de Squid Game dans les écoles

Sa position ne fait pas l’unanimité dans le réseau scolaire

1030 WE DOSSIER TÉLÉ
Photo courtoisie, Netflix

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, déplore la décision de certaines directions d’écoles d’interdire tout costume en référence à la série Squid Game pour l’Halloween, une position qui est loin de faire l’unanimité dans le réseau scolaire.

• À lire aussi - Squid Game: les ventes de souliers Vans blancs ont explosé de... 7800%

«Je ne suis pas un partisan de l’interdiction de costumes d’Halloween pour les enfants», a-t-il tranché, jeudi, dans les corridors de l’Assemblée nationale. 

Il associe cette interdiction à «la culture un peu extrême du bannissement, des bons sentiments» qui, selon lui, «va un peu loin en ce moment». 

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
Photo d'archives, Agence QMI
Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

«Je me souviens quand j’enseignais au primaire, il y a des enfants qui se déguisaient en Freddy ou en Jason, et ce n’était pas tout à fait des enfants de chœur, ces personnages-là. C’était des personnages de films d’horreur, mais les enfants revêtaient ces costumes pour s’amuser, se faire des peurs», a-t-il ensuite relaté en référence au célèbre film d’horreur. 

Être bienveillants

Rappelons que Jean-François Roberge a récemment signé une lettre ouverte avec son homologue français intitulée «L’école pour la liberté, contre l’obscurantisme» dans laquelle ils s’opposent à ce qu’ils qualifient de «dérives liées à la culture de l’annulation». 

S’il appartient aux parents «d’être bienveillants, d’encadrer leurs jeunes et de ne pas les exposer à n’importe quoi», le ministre plaide qu’il faut «laisser les enfants être des enfants», a-t-il toutefois expliqué. 

Des serveurs d’un café de Jakarta déguisés en gardes pour attirer des clients, le 19 octobre.
Photo AFP
Des serveurs d’un café de Jakarta déguisés en gardes pour attirer des clients, le 19 octobre.

Devant la popularité grandissante de la série télévisée Le jeu du calmar, ou Squid Game en anglais, des directions interdisent tout costume faisant référence à cette série violente pour les activités d’Halloween qui se dérouleront dans leur école, a rapporté Le Journal de Québec, jeudi.       

  • Écoutez la chronique d'Anaïs Guertin-Lacroix avec Benoît Dutrizac, sur QUB radio:   

Cette décision est saluée par la professeure à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, Caroline Fitzpatrick, qui y voit une façon d’éviter de susciter encore davantage la curiosité des enfants envers cette série sud-coréenne classée 18 ans. 

Position dénoncée

Dans le réseau scolaire, des directions d’école déplorent que le ministre Roberge «s’ingère dans la gestion des écoles». «Comme il l’a si bien dit si souvent, il faut que les décisions soient prises par ceux qui connaissent les élèves par leur nom», affirme Kathleen Legault, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire.      

  • Écoutez l’entrevue de Dre Geneviève Beaulieu-Pelletier, psychologue et professeure associée à l’UQAM   

Les règles entourant les costumes d’Halloween ont toujours existé, rappelle Mme Legault, qui n’y voit «aucun lien» avec la «culture de l’annulation». Les accessoires ou costumes à caractère violent sont bannis depuis longtemps dans plusieurs écoles. 

«Depuis toujours, on se questionne sur ce qui est acceptable ou pas quand les élèves célèbrent l’Halloween dans les écoles. [...] Chaque milieu a ses traditions et chaque établissement les gère selon le climat de l’école et la réalité de ses élèves», ajoute la présidente de l’AMDES. 

De son côté, le président de la Fédération des comités de parents du Québec, Kévin Roy, affirme aussi que «cette décision-là appartient aux écoles», par le biais de son conseil d’établissement. 

Au cours des dernières semaines, «de nombreux milieux scolaires ont fait état de situations préoccupantes» en lien avec cette série, qui présente des images d’une «violence extrême», peut-on lire dans une lettre envoyée par une équipe du ministère de l’Éducation au réseau scolaire en début de semaine. 

«Des jeux reprenant certains gestes violents présents dans la série ont d’ailleurs été observés dans certaines cours d’école et ont nécessité des interventions», indique-t-on, avant de rappeler que certaines ressources sont disponibles pour guider le personnel scolaire à ce chapitre. 

L’engouement pour cette série télévisée est planétaire. Dans l’État de New York, aux États-Unis, des écoles ont aussi décidé d’interdire les costumes faisant référence à cette série pour l’Halloween. 

À VOIR AUSSI