/news/society
Navigation

Expédition des premières nations: 4500 km en motoneige pour la réconciliation

Coup d'oeil sur cet article

Autochtones et allochtones se préparent pour «La Grande Expédition des Premières Nations 2022». Une soixantaine de participants parcourront près de 4500 kilomètres à motoneige dans le but de réconcilier les peuples. 

Organisée par Christian Flamand, l'expédition regroupe des autochtones de sept nations, dont les Atikamekws. Quelques allochtones se sont joints au groupe pour en apprendre davantage sur les valeurs et la culture des premières nations. Il s'agit d'ailleurs de la plus longue expédition jamais réalisée au monde.

Au cœur de celle-ci se retrouvent les femmes autochtones. Les organisateurs veulent mettre de l'avant et rendre hommage à toutes celles qui ont disparu ou ont été assassinées, de même que les enfants autochtones.

«Chaque kilomètre va représenter un enfant qui a fait l'objet de découverte depuis plusieurs mois, de tombe anonyme. Chaque kilomètre va représenter les femmes autochtones qui sont toujours aujourd'hui victimes de violence», a confié le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador, Ghislain Picard.

«Il y a onze femmes qui participent dans cette expédition. Ces onze femmes représentent les onze nations», a fait savoir la cheffe du Lac-Simon, Adrienne Jérôme.

Le parcours s'annonce long et difficile, mais certainement chargé d'échanges émouvants. Les participants s'arrêteront dans de nombreuses communautés, de Maliotenam à Manawan, en passant par Kuujjuaq.

Tous auront la chance d'apprendre des diverses nations autochtones, qui partageront leur savoir avec eux.

«C'est de retrouver cette connexion-là. Quel est l'essence réelle de la vie pour chacun d'entre nous, peu importe la couleur de notre peau. C'est de voir qu'on a le même sang rouge, le même battement de cœur», s'est exprimé l'une des participantes, Marylin Jérôme.

Déjà, un engouement mondial se fait ressentir. L'événement devrait revenir chaque année et l'organisation souhaite ouvrir les frontières pour accueillir de plus en plus de participants.

«De plus en plus, les allochtones, même les gens de l'Europe, commencent à avoir beaucoup d'intérêt à ce projet-là. On met beaucoup la spiritualité au premier plan», a affirmé le président et organisateur, Christian Flamand.

Selon lui, c'est de cette manière que plus de gens seront éduqués et sensibilisés aux enjeux des autochtones. Le chemin de la réconciliation débute avec l'expédition.

Celle-ci fera d'ailleurs l'objet d'un documentaire qui sera présenté sur TVA Sports l'année suivante. Une équipe composée uniquement de femmes, autochtones et allochtones, sera suivie pas à pas. Elles devront trouver des items sacrés durant le long parcours, qui formeront à la toute fin un monument commémoratif à la mémoire de Joyce Echaquan.

Les participants chevaucheront leur motoneige du 15 février au 5 mars 2022.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.